Outils du site

Menu du site


savoir:lutte_contre_obscurantisme:pandemie_de_covid_19_et_gestion_sanitaire_francaise

Pandémie de COVID-19, 20... et gestion sanitaire française...

Pages Savoir > Lutte contre l'obscurantisme > Pandémie de COVID-19, 20... et gestion sanitaire française...

Cette page fait partie de la catégorie "Lutte contre l'obscurantisme". Elle présente dans l'ordre anti-chronologique, l'actualité des sites officiels de l'état français, qui constitue la réaction des autorités face à la pandémie de COVID-19. Son objectif est d'une part, de lutter contre le poujadisme intellectuel ("populisme"), les sirènes des médias dits "alternatifs", les préjugés conspirationnistes, les plateformes de commérages narcissiques, les mouvements ésotériques, et l'énorme défiance scientifique, c'est-à-dire tous ces maux qui pullullent dans le cloaque de l'inculture généralisée ; d'autre part, de montrer par les sources officielles qui facilitent le travail historiographique, la décision prise par la voyoucratie criminelle toujours responsable mais jamais coupable1), de faire passer la santé publique au second plan derrière des intérêts économiques à très court terme jugés plus urgents, quoi qu'il en coûte en terme de crise économique et sociale à plus long terme.

 Pandémie de COVID-19, 20... et gestion sanitaire française... (Crédit: ordi49.fr sous licence Domaine Public)

En appui de ce jugement sévère, citons seulement trois griefs contre la gestion sanitaire française criminelle qui sévit depuis débuts 2020 :

  • Le mépris des règles élémentaires de l'épidémiologie pourtant rappelées constamment par l'épidémiologiste biostatisticienne et lanceuse d'alerte Catherine Hill2). L'excuse la plus utilisée par les autorités françaises est celle selon laquelle les pays voisins européens sont dans le même état. Quand Catherine Hill annonce sur France Inter une liste de pays qui ont endigué et continuent de maîtriser réellement l'épidémie de COVID-19, on lui rétorque le mantra si bien appris dans les médias que la France n'est pas une dictature. Elle répond que si le modèle des pays asiatiques est gênant, il suffit de prendre celui de l'Australie ou de la Nouvelle-Zélande pour agir efficacement contrel l'épidémie3)
  • La propagande ultra-individualiste de mai à septembre 2020 appelant tout un chacun à se disperser dans les régions pour consommer français, par le truchement de l'argument fallacieux de la nécessité soudaine de décentraliser la gestion sanitaire, afin de mieux satisfaire les intérêts économiques et électoraux régionaux
  • L'instrumentalisation et la disqualification de la science auprès du grand public, sous la forme d'un comité médical de mandarins courtisans désignés par le Prince, et dont la complaisance hypocrite à l'égar des pouvoirs est à l'avenant de celle du Conseil national de l'Ordre des médecins4), avec de surcroît, la reconnaissance publique par le Prince d'un de ces mandarins entré en dissidence et devenu comme youtubeur du café du commerce, une figure populaire du "populisme médical"

La France, un pays parmi d'autres qui participent au génocide passif des populations vulnérables : Bilan mortel provisoire de l'incurie sanitaire française de la pandémie de COVID-19 au 15/01/2021 d'après les données insee.fr :

  • 5390 morts directs et indirects / mois, soit l'équivalent de 26 crash d'avions Airbus A320 par mois (200 passagers par appareil)
  • 907 décès indirects par mois en 2020 (44826 décès COVID-19 directs officiels au 31/12/2020 d'après geodes.santepubliquefrance.fr)

Dernière mise à jour : 30/01/2021 02:30

Voir aussi la page "Services en ligne du web non globalisé" > Suivi de la pandémie de COVID-19

Sites web de l'état en réponse à la pandémie de COVID-19

Voir la page "Services en ligne du web non globalisé" > Pandémie de COVID-19 et sites web des autorités françaises

2e confinement français - 17 octobre 2020 / printemps, été, automne ou hivers 2021

Repères temporels dans l'ordre chronologiques :

  • 17/10/2020: (Samedi) Début du 2e confinement sanitaire français, d'abord limité à la période nocturne dans certains départements, par l'instauration d'un couvre-feu de 21h à 6h et l'activation de l'État d'urgence sanitaire sur tous le territoire (source)
  • 24/10/2020: (Samedi) Renforcement du 2e confinement français par l'extension du couvre-feu à 54 départements de 21h à 6h (source)
  • 30/10/2020: (vendredi) Renforcement du 2e confinement français par l'extension du couvre-feu à l'ensemble de la journée, la fermeture de commerces dits "non-essentiels", des établissements recevant du public comme les bars et les restaurants, des établissements et équipements sportifs et de loisirs, des universités qui doivent continuer leurs activités en distanciel, tout en laissant ouvert les autres établissements scolaires (lycées en demi-groupes en contextes alternés distanciel / présentiel), les classes préparatoires, les classes BTS et les lieux de travail habituels (source). Moins strict que le 1er confinenement du printemps 2020, c'est exclusivement cette période d'un mois et demi de renforcement du 2e confinement qui est désignée dans le roman national français par le gouvernement et à sa suite par les journalistes, comme étant le "2e confinement" (confusion métonymique visant un objectif idéologique)
  • 15/12/2020: (mardi) Allègement du 2e confinement français dont le couvre-feu concerne désormais uniquement la période nocturne 20h - 6h, sauf certains départements dont le couvre-feu nocturne est décrété de 18h à 6h. Réouverture des commerces dits "non-essentiels" avec un protocole sanitaire renforcé, dans la limite d'un client pour 8 mètres carrés. Les restaurants, bars, discothèques (fermées depuis le 17/03/2020), les espaces culturels, les établissements et équipements sportifs et de loisirs restent fermés. Les déplacements entre les régions sont de nouveaux autorisés. Dans le roman national français, c'est cette date du 15 décembre 2020 qui est appelée par le gouvernement et à sa suite par les journaliste "2e déconfinement". Les lycéens continuent de travailler en demi-groupes en contextes alternés distanciel / présentiel. Dans les universités, un retour partiel des étudiants "en situation de grande vulnérabilité" est autorisé à partir de la rentrée du 4 janvier 2021 et "dans la limite de 10 personnes par groupe" (source)
  • 16/01/2021: (samedi) Renforcement du 2e confinement français dont le couvre-feu concerne désormais la période nocturne 18h - 6h pour toute la France métropolitaine (source)
  • 31/01/2021: (dimanche) Renforcement du 2e confinement français par fermeture des commerces non alimentaires dont la surface est supérieure à 20 000 m2. Tandis que tous les étudiants sont désormais autorisés à assister aux cours en présentiel, un jour dans la semaine (source ; source)

Annonces gouvernementales :

1er inter-confinement français - 11 mai au 16 octobre 2020

1er déconfinement français - 11 mai 2020

1er confinement français - 17 mars au 10 mai 2020

Commission d'enquête parlementaire COVID-19 de la chambre basse (Assemblée nationale)

assemblee-nationale.fr > Commission d'enquête COVID-19 (Vidéos des auditions) :

Commission d'enquête parlementaire COVID-19 de la chambre haute (Sénat)

senat.fr > Commission d'enquête pour l'évaluation des politiques publiques face aux grandes pandémies à la lumière de la crise sanitaire de la COVID-19 et de sa gestion :

1)
2)
Catherine Hill s'exprime dans les médias :
  • 13/01/2021: lci.fr > "Les autorités sanitaires en France ont peur de leur ombre", regrette Catherine Hill : "Les décisions sont emberlificotées par les autorités sanitaires, qui adorent faire des phrases avec des triples négations, qui sont méfiantes de tout, qui ne s'appuient pas sur la science internationale. Elles tergiversent énormément", a estimé l'épidémiologiste. La Haute autorité de santé (HAS) ? "Ce sont des médecins qui sont devenus des administratifs", a-t-elle taclé. Et de préciser : "La HAS en est encore à se demander si les prélèvements salivaires sont une bonne idée pour les tests PCR, alors que tout le reste de la planète le fait. Cela demande zéro personnel, tout le monde est capable de cracher dans un tube qu'on lui a amené sur son paillasson. Ils ont peur de tout, de leur ombre. C'est fait dans tous les autres pays !" […] "En France, on continue à ne pas tester assez, le virus anglais circule en douce"
  • 0101/2021: lci.fr > Couvre-feu à 18h : "Une toute petite mesure", regrette l'épidémiologiste Catherine Hill : […] "Moi, j'ai toujours dit qu'il fallait confiner pour tester."…
  • 17/12/2020: europe1.fr > L'interview politique > Interview de l'épidémiologiste biostatisticienne Catherine Hill (Vidéo dailyotion ; 12'58")
  • 15/12/2020: franceinter.fr > Le téléphone sonne > Tests massifs : pour quoi faire ? (Avec l'épidémiologiste biostatisticienne Catherine Hill) : "Je regrette de le dire aux médecins généralistes du Havre : moi, je suis épidémiologiste et je peux vous dire que faire dépister 50 % de la population du Havre qui veut bien se faire dépister, ça n'est pas une étude épidémiologique." ; "Tous les gens qui sont asymptomatiques (soit parce qu'ils ne sont pas encore symptomatiques, soit parce qu'ils seront jamais symptomatiques), sont contagieux pendant 10 jours sans le savoir. La seule solution, c'est donc de dépister tout le monde." ; "Le test salivaire est un poil moins efficace que le test PCR, mais il est tellement plus pratique et on peut avoir un taux de couverture tellement meilleur que ça vaut absolument la peine." ; "On a fait des quantités de tests qui ne servaient absolument à rien." ; "Ça ne sert pas à grand chose : ils ne sont plus contagieux mais l'ont été pendant toute la période où ils ne le savaient pas." ; "La recherche des cas contacts a été globalement un fiasco colossal." Catherine Hill
  • 26/11/2020: ladepeche.fr > Coronavirus : "On n'a pas assez de données sur la sécurité des vaccins", alertent des scientifiques : L'épidémiologiste Catherine Hill et le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière Eric Caumes ont mis en garde contre un "excès de précipitation" dans la course au vaccin anti-coronavirus et considèrent qu'il est trop tôt pour connaître son efficacité. […] Sur le plateau de LCI, le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière Eric Caumes a mis en garde contre un "excès de précipitation" mercredi 25 novembre. "On n'a même pas encore d'études. On parle de choses qui restent vues à travers des communiqués de presse de laboratoires pharmaceutiques", s'est-il offusqué. "Si jamais il y a un pépin, on va nous reprocher d'être aller trop vite et ça va condamner complètement la vaccination pour des décennies pour des maladies qui sont mortelles dans 100 % des cas comme la rage", déplore le soignant, qui dénonce une "surcommunication" autour des vaccins annoncés. "Je pense qu'on risque d'aller trop vite", conclut-il. "Il faut attendre d'avoir plus de suivi". Le chef de service de La Pitié-Salpêtrière n'est pas le seul être dubitatif. Pour l'épidémiologiste Catherine Hill, reçue le même jour sur LCI, il est aussi "trop tôt" pour se fier à un vaccin. "On est raisonnablement certains qu'il n'y a rien de très grave qui se produit avec une fréquence supérieure à un pour 1 000. Mais vous allez vacciner des millions de gens, vous allez commencer par vacciner les soignants. Si vous en dézinguez un pour 1 000, ce n'est pas possible, on ne veut pas un vaccin comme ça. C'est beaucoup trop grave", alerte-t-elle. "On n'a pas assez de données sur la sécurité des vaccins. Il faut attendre d'avoir plus de gens et plus de suivi", plaide l'épidémiologiste.
  • 18/11/2020: sudouest.fr > Covid-19 : le traçage inversé bientôt testé en France ? "Une mauvaise décision", selon Catherine Hill (article en accès payant) : L'Assurance maladie envisagerait d'appliquer cette méthode expérimentée au Japon et en Corée du Sud. Très critique envers la stratégie française, l'épidémiologiste estime que ce serait "inutile" à ce stade de l'épidémie. Entretien…
  • 16/11/2020: ladepeche.fr > Coronavirus : "Non, nous n'avons pas atteint le pic épidémique", répond l'épidémiologiste Catherine Hill à Olivier Véran (archive.org) : Peut-on dire justement que cette stabilisation des chiffres prouve le succès du confinement ? L'image que j'utilise pour expliquer le confinement, c'est un aliment en train de pourrir dans un frigo. Si vous le mettez au congélateur, il ne bouge pas, mais quand vous le sortez du congélateur, il recommence à pourrir. Quand on déconfinera, les contaminations vont repartir, c'est évident. Les mêmes causes vont produire les mêmes effets, sachant que nous n'avons jamais contrôlé l'épidémie. […] Un vaccin permettra-t-il de résoudre l'épidémie ? Bien sûr, la vaccination c'est LA solution. Pour qu'il soit efficace, il faudra que les deux tiers de la population au moins soient vaccinés. Mais on n'a pas encore ce vaccin et on ne peut pas savoir quand on l'aura. Pour le moment, ce n'est pas la question. La question, c'est de savoir quand les autorités comprendront qu'il faut dépister massivement.
  • 09/11/2020: lefigaro.fr > "Comment la Slovaquie a dépisté toute sa population pour éviter un confinement généralisé" (archive.org) : FIGAROVOX/TRIBUNE - Les tests antigéniques pratiqués en Slovaquie peuvent donner un résultat dans les quinze minutes et permettent d'éviter un confinement aux conséquences économiques désastreuses, analysent l'épidémiologiste Catherine Hill et le philosophe François Ewald, qui appellent à déployer la même stratégie en France.
  • 29/10/2020: francetvinfo.fr > Coronavirus : "Se confiner sans tester est une solution de désespoir," alerte l'épidémiologiste Catherine Hill (texte + vidéo) : Mercredi 28 octobre, Emmanuel Macron a annoncé un reconfinement de la population afin de lutter contre la propagation de l'épidémie de coronavirus. Une décision jugée tardive et insuffisante par l'épidémiologiste Catherine Hill….
  • 28/10/2020: lesechos.fr > Catherine Hill (épidémiologiste) : "Il faut reconfiner strictement et tester massivement" : L'épidémiologiste Catherine Hill a été membre du conseil scientifique de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Pour elle, "il serait très risqué de confiner moins strictement qu'au printemps." […] Un confinement moins strict limité à un mois serait-il crédible ? Scientifiquement, non. Dans une épidémie, ce qui est important, c'est la dynamique : la vitesse de circulation du virus et le rythme d'augmentation des hospitalisations. S'agissant des entrées journalières à l'hôpital pour Covid-19, nous avons déjà dépassé le stade où nous en étions la semaine du 17 mars. C'est très grave car cela veut dire que la seconde vague sera pire que la première. C'est pourquoi, il serait très risqué de confiner moins strictement qu'au printemps….
  • 28/10/2020: franceinfo.fr > COVID-19 : "Il faut tester massivement, et je n'ai rien entendu en ce sens", critique l'épidémiologiste Catherine Hill (audio) : Selon l'épidémiologiste, il faut notamment tester le personnel des EHPAD très régulièrement
  • 21/10/2020: humanite.fr > L'épidémiologiste Catherine Hill dénonce : "On a fait des millions de tests inutile" : L'épidémiologiste Catherine Hill montre, avec son confrère Jean-François Rupprecht, chargé de recherche au CNRS, l'inefficacité de la stratégie gouvernementale contre le coronavirus. Elle propose une alternative concrète de dépistage par les tests antigéniques et groupés pour endiguer les contaminations. Entretien…
  • 15/10/2020: francetvinfo.fr : COVID-19 : "Des mesures très à la marge", selon l'épidémiologiste Catherine Hill : "On en a jusqu'à l'été 2021", c'est ce qu'a déclaré Emmanuel Macron mercredi 14 octobre. Une phrase qui restera marquée dans l'esprit des Français. "Je pense que c'est une erreur gigantesque. Cette mesure de couvre-feu va flinguer encore un peu plus l'économie et aura un effet marginal sur la circulation du virus. Il circule partout dans les entreprises, les transports, ne se couche pas à 21 heures. Cela ne sert pas à grande chose ce qu'il prévoit", regrette l'épidémiologiste Catherine Hill mercredi soir sur franceinfo. "Tester massivement". Cependant, les mesures barrières n'étaient pas toujours respectées partout. "Le couvre-feu va freiner le virus, mais un tout petit peu, cela n'aura pas un effet très important et de toute façon, on n'a pas les bons indicateurs et les bonnes actions. Ce que l'on en connaît, c'est une toute petite partie. Les foyers que l'on trouve, on les identifie, mais il y en a plein d'autres non répertoriés", explique la biostatisticienne. "La recherche de contacts pédale dans le vide. On est à côté de la plaque, de l'ampleur de l'épidémie. La seule solution est de tester massivement la population. Tant qu'on ne prend pas cette décision, il faudra vivre avec ce virus et si on continue à prendre des mesures très à la marge, comme personne dehors entre 21 heures et 6 heures du matin, cela va réduire la circulation de 5%", assure Catherine Hill. "La situation est franchement mauvaise", conclut l'épidémiologiste.
  • 13/10/2020: lavoixdunord.fr : Coronavirus : le couvre-feu, c'est une "mesurette", juge l'épidémiologiste Catherine Hill (texte + vidéo) : "On prend cette épidémie complètement à l'envers. On laisse le virus circuler et on prend des mesures de confinement qui sont très préjudiciables à l'économie". Interrogée sur les nouvelles mesures qui pourraient tomber ce mercredi, l'épidémiologiste et biostatisticienne, et chercheuse à l'Institut Gustave Roussy de Villejuif, Catherine Hill n'y va pas par quatre chemins, ce mardi 13 octobre sur Franceinfo…
  • 13/10/2020: francetvinfo.fr : COVID-19 : un couvre-feu serait une "mesurette" pour l'épidémiologiste Catherine Hill qui appelle à "tester tout le monde" : La spécialiste parle de "fiasco" du système actuel de tests et ironise sur les résultats des dépistages du coronavirus obtenus une fois que les gens ne sont plus contagieux. […] On prend cette épidémie complètement à l'envers. On laisse le virus circuler et on prend des mesures de confinement qui sont très préjudiciables à l'économie alors que tout le monde veut la même chose. On ne veut pas vivre avec le virus, on veut contrôler l'épidémie. Pour contrôler l'épidémie, c'est simple, il faut trouver les gens qui sont contagieux et les isoler. Il faut les trouver rapidement et ce n'est absolument pas ce qu'on fait. […] On a les moyens. On pourrait tester facilement 10 ou 20 millions de personnes par semaine si on acceptait d'utiliser tous les outils à disposition. On peut faire des tests groupés en mettant les prélèvements de 20 personnes dans un seul tube et en cherchant s'il y a du virus dans ce tube. Probablement la proportion de gens qui sont contagieux aujourd'hui en France est inférieure à 5 pour mille. C'est ce qu'on a trouvé en Angleterre en faisant un test sur un échantillon représentatif de la population. […] On prend des mesures de renforcement qui agissent à la marge dans les endroits où le virus circule le plus. On voit bien que toutes ces stratégies ne marchent pas. Il faut arrêter et réfléchir cinq minutes et comprendre que la seule solution, c'est de changer et d'avoir une stratégie dépistage qui fonctionne. Tout le reste c'est des mesures à la marge qui sont passablement inefficaces. […] La stratégie qui a été adoptée dans tous les pays qui ont contrôlé l'épidémie, c'est de tester massivement autour des cas qu'on avait. Maintenant, nous, on a des cas partout. Donc il faut tester tout le monde et il faut s'y mettre rapidement ! Et il faut isoler les gens qui sont positifs. On n'a pas besoin de les isoler pendant très longtemps. La plupart ne sont pas contagieux pendant très longtemps. On vous dit toujours les tests ne sont pas parfaits. Aucun test n'est parfait. Ce n'est pas le problème. Ce qu'on veut, c'est trouver le maximum de gens contagieux avant qu'ils aient contaminé autour d'eux. En ce moment, on attend qu'ils soient symptomatiques, plus le temps d'aller voir un médecin, plus le temps d'être testés, plus le temps d'obtenir le résultat du test, on leur dit qu'ils sont contagieux au moment où ils ne sont plus contagieux. Le système est un fiasco.
  • 26/09/2020: mediapart.fr > Catherine Hill : "Il faut que les tests aillent aux gens, pas l'inverse" (archive.org) : Tout l'été, la France a laissé le SARS-CoV-2 se propager. Fin octobre, il y aura autant de malades en réanimation qu'au pic de l'épidémie, prévient l'épidémiologiste et biostatisticienne Catherine Hill. Avec un système de dépistage performant, il serait pourtant possible de contrôler le virus
  • 24/09/2020: liberation.fr > Le portrait : Catherine Hill, datastrophisme (article réservé aux abonnés) : Alarmiste, cette biostatisticienne réputée, désormais à la retraite, critique vertement la politique de tests du gouvernement face à la COVID-19. C'est un électron libre. Et on l'écoute, car Catherine Hill a derrière elle un passé impressionnant. C'est elle, biostatisticienne et épidémiologiste, qui a été à l'origine des études les plus convaincantes, dans les années 80, pour établir le lien entre tabac et cancer. C'est elle qui, la première, a cru la docteure Irène Frachon dans l'affaire du Mediator. Et, ces derniers temps, Hill se démultiplie dans les médias. Elle s'emporte. Tempête contre la politique française de dépistage du Covid-19 ("ni fait ni à faire"), réclame à cor et à cri une politique qui dépisterait les asymptomatiques (certes, mais comment ?). Elle évoque des tests groupés, multiplie les critiques contre le gouvernement…
  • 23/09/2020: nicematin.com : Pour cette épidémiologiste, la stratégie de la France sur les tests de dépistage de covid-19 est une perte de "temps et d'argent" (article réservé aux abonnés) : Épidémiologiste à l'institut Gustave-Roussy à Villejuif, Catherine Hill craint une flambée de l'épidémie début novembre et dénonce la stratégie de dépistage choisie par la France
  • 17/09/2020: francetvinfo.fr > Covid-19 : en France, "la situation est vraiment mauvaise", s'inquiète l'épidémiologiste Catherine Hill : L'épidémiologiste et biostatisticienne estime jeudi 17 septembre sur franceinfo qu'il pourrait y avoir un nouveau pic de l'épidémie dans sept à huit semaines…
  • 17/09/2020: franceinfo.fr : Catherine Hill alerte sur la submersion prochaine des services de santé et dénonce le "cafouillage total" français (audio)
  • 11/09/2020: franceinfo.fr : Catherine Hill dénonce l'absence de stratégie sanitaire française (audio) : "Je constate que le conseil Scientifique fait de la politique au lieu de faire de la science. Personne n'a pris la peine d'expliquer que le virus allait très vite, que les gens qui sont contaminés un jour, ils sont contagieux quasiment tout de suite, ils ont des symptômes au bout de 5 jours, et que 5 jours après les symtômes, la plupart ne sont plus contagieux. Donc, ce n'est pas la peine de les tester 3 jours après les symptômes et de leur donner les résultats 3 jours après en leur disant qu'ils sont contagieux alors qu'ils ne sont plus contagieux."
  • 27/08/2020: francetvinfo.fr : Port du masque obligatoire à Paris : "Ça ne suffit absolument pas", pour l'épidémiologiste Catherine Hill qui dénonce l'absence de stratégie nationale : Selon la scientifique les autorités se reposent trop sur la "responabilité individuelle et les autorités locales". Elle appelle à tester massivement dans les zones rouges…
  • 21/08/2020: lemonde.fr > Tribune de Catherine Hill, épidémiologiste : "À l'heure actuelle, les tests de dépistage de la COVID-19 se font sans aucune stratégie identifiable" (article réservé aux abonnés) : Pour contrôler l'épidémie, il faut chercher systématiquement les porteurs du virus en testant massivement la population, plutôt que cibler les "clusters" comme le font les autorités françaises, explique l'épidémiologiste Catherine Hill
  • 17/08/2020: ladepeche.fr : COVID-19 : le nombre réel de cas pourrait être multiplié par dix selon une épidémiologiste : L'épidémiologiste Catherine Hill était l'invitée de la matinale d'Europe 1, lundi 17 août. Elle est notamment revenue sur l'avancée de l'épidémie de COVID-19 et l'émergence d'une seconde vague, ainsi que sur la campagne de dépistage mise en place par les autorités…
  • 03/08/2020: lci.fr : Laisser les jeunes se contaminer pour participer à l'immunité collective ? "Une très mauvaise idée, irréaliste" : L'immunité collective contre la COVID-19 pourrait-elle être atteinte si on laissait "les jeunes se contaminer entre eux", comme le propose le professeur Caumes ? Impossible, explique l'épidémiologiste Catherine Hill à LCI, car "il faudrait que les deux tiers de la population rencontrent le virus"…
  • 02/08/2020: lci.fr : Laisser les jeunes se contaminer entre eux : "Une idée catastrophique" : POLÉMIQUE - La proposition du professeur Caumes de "laisser les jeunes se contaminer entre eux", à condition qu'ils ne voient ni leurs parents ni leurs grands-parents, suscite de vives réactions y compris parmi d'autres épidémiologistes. Ainsi Catherine Hill explique ce dimanche sur LCI qu'isoler les jeunes de leurs aînés serait illusoire…
  • 02/08/2020: francetvinfo.fr : Coronavirus : "Il faut que le message soit simple : 'Portez un masque quand vous êtes dehors, point barre !'", lance une épidémiologiste : Catherine Hill ne cache par ailleurs pas son indignation par rapport à la gestion de la crise. Il faut former rapidement plus de gens aux prélèvements, procéder à des tests groupés. "Ça ne sert à rien d'attendre que quelqu'un ait un symptôme", dit-elle, parce qu'on rate "toute la période où le patient était contagieux pour l'isoler"…
  • 02/06/2020: franceculture.fr > La Question du jour : The Lancet et la chloroquine : comment estimer la valeur scientifique d'une étude ? (interview de Catherine Hill) (audio) : La confusion règne depuis des semaines sur les effets de l'hydroxychloroquine face à la COVID-19. Comment apprécier la valeur scientifique des recherches sur les médicaments ? […] Guillaume Erner reçoit Catherine Hill, épidémiologiste, biostatisticienne, ancienne chef du service de biostatistique et épidémiologie de l'institut Gustave Roussy à Villejuif.
  • 30/05/2020: europe1.fr : Il suffit de pas grand chose pour une deuxième vague de COVID-19 prévient épidémiologiste Catherine Hill (audio) : "Les gens sont contagieux avant d'être symptomatiques, donc on ne peut pas les trouver si on ne les cherche pas. […] On ne cherche pas les gens positifs asymptomatiques" (résumé texte)
3)
La Nouvelle-Zélande et la pandémie de COVID-19 dans les médias :
  • 12/11/2020: franceculture.fr > Cultures Monde > Gouverner au temps du Covid : Jacinda Ardern : la révélation néo-zélandaise : […] Instauration d'une quarantaine pour toute personne entrant en Nouvelle-Zélande alors qu'à peine six cas de COVID-19 étaient recensés, fermeture des frontières une fois la barre des 20 malades franchie, et décret d'un confinement strict après l'annonce de premières contaminations locales…
  • 04/09/2020: mediapart.fr > Nouvelle-Zélande: premier mort du coronavirus en plus de trois mois (archive.org) : La Nouvelle-Zélande a enregistré son premier décès lié au coronavirus en plus de trois mois, a annoncé vendredi le ministère de la Santé
  • 08/06/2020: francetvinfo.fr > En Nouvelle-Zélande, l'épidémie de COVID-19 est terminée et la vie reprend normalement (archive.org) (texte et audio) : La Nouvelle-Zélande déclare avoir éradiqué l'épidémie grâce à des dépistages massifs aléatoires qui ont concerné 0,8 ‰ de la population dans les 17 derniers jours et met fin aux gestes barrières : […] "Nous n'avons plus aucun cas actif sur notre sol", a expliqué Jacinda Ardern ce 8 juin. Et aucun nouveau cas de contamination depuis 17 jours sur les 40 000 tests effectués au hasard dans la population. Il n'y a plus aucune entrée à l'hôpital depuis deux semaines, aucun foyer (les désormais célèbres "clusters") depuis trois semaines.
  • 19/03/2020: mediapart.fr > Australie et Nouvelle-Zélande durcissent encore les restrictions aux frontière (archive.org) : Australie et Nouvelle-Zélande ont encore durci leurs restrictions aux frontières, en limitant un peu plus les possibilités d'entrée sur leur territoire pour se protéger de l'épidémie de Covid-19, ont annoncé jeudi leur gouvernement
4)
savoir/lutte_contre_obscurantisme/pandemie_de_covid_19_et_gestion_sanitaire_francaise.txt · Dernière modification: 30/01/2021 02:30 de Médéric