Outils du site

Menu du site


savoir:lutte_contre_obscurantisme:pandemie_de_covid_19_et_gestion_sanitaire_francaise

Pandémie de COVID-19 et incurie sanitaire française...

Pages Savoir > Lutte contre l'obscurantisme > Pandémie de COVID-19 et incurie sanitaire française...

Voir aussi la page "Services en ligne du web non globalisé" > Suivi statistique de la pandémie de COVID-19

3e décennie du 21esiècle en pays riche – les faits sont têtus : en plus de casser le système de santé,
depuis 2020, l'état français tue en favorisant l'épidémie de COVID-19 : N'acceptons pas l’inacceptable !

Nombre de décès quotidiens de COVID-19 direct à l'hôpital en France, actualisé quotidiennement par Guillaume Rozier depuis les données fournies par Santé Publique France (Crédit : Guillaume Rozier pour covidtracker.fr)

Cette page fait partie de la catégorie "Lutte contre l'obscurantisme" sous toutes ses formes. Ses objectifs sont :

  • Promouvoir l'esprit critique, rationnel et scientifique en toute circonstance. Non seulement contre les thèses de la minorité conspirationniste mais aussi et surtout contre la propagande officielle. Cette propagande des autorités politiques, omniprésente sur tous les médias, qui produit des informations biaisées (biais cognitifs) voire fausses, reprises et amplifiées par une armée de supplétifs commentateurs, politistes, communicants et journalistes scientifiquement incultes, même s'ils se prétendent parfois scientifiques1)
  • Exercer le devoir de mémoire de la politique scélérate dans le domaine sanitaire et social, en montrant comment la chronologie des catastrophes funestes se diluent opportunément dans le narratif officiel des événements globaux, comment la catastrophe épidémique de COVID-19 est banalisée et traitée comme un fait divers, avant de disparaître complètement du champs médiatique.
    Ne pas oublier pour ne pas s'habituer, et ne jamais tolérer l'inacceptable !
  • Faire prendre conscience que les décisions sanitaires sont prises par une voyoucratie aux agents interchangeables, qui se targuent toujours d'être responsables, en déniant être coupables de leurs propres décisions politiques délétères2), selon la terminologie de l'ex-ministre Georgina Dufoix (Affaire du sang contaminé). Cette bande de brigands élus qui ne représente aucunement l'intérêt collectif, parce qu'elle est inféodée aux lobbies économiques dont elle est socialement proche, et pour qui la santé publique passe toujours au second plan derrière leurs propres intérêts à très court terme jugés plus importants et plus urgents, quoi qu'il en coûte en terme de crise économique et sociale à plus long terme

Dernière mise à jour : 02/09/2022 08:49 (voir les différences)

Quelques chiffres édifiants

  • La mortalité COVID-19 française imputable à la période mars - décembre 2020 est de 5390 morts directs et indirects par mois3), soit l'équivalent de 26 crashs d'avions Airbus A320 par mois (200 passagers par appareil). Sur la même période en France, il y a eu 907 décès indirects par mois – soit 4,5 crashs d'Airbus A320 par mois imputables indirectement à la COVID-19 – (par différence avec les 44826 décès COVID-19 officiels annoncés au 31/12/2020 par geodes.santepubliquefrance.fr). Avant 2020, la conception éthique commune considérait la mort des passagers d'un seul avion Airbus A320 comme tragique et inacceptable. Mais les autorités et leurs supplétifs ont tout fait pour banaliser la mort dans l'opinion…
  • Taux de malades handicapés par la COVID-19 longue : 30% au-delà de 3 mois ; 20% à 18 mois !4)
  • Altération neuronale comprise entre 0,2% et 2% y compris sur les asymptomatiques5)
  • Le 27/07/2022, une centaine de personnes meurent officiellement par COVID-19 direct dans les hôpitaux français par jour (source COVIDTracker) et n'intéressent même plus la rubrique fait divers des journalistes, tandis que les services d'urgences fonctionnent en mode très dégradé ou bien sont simplement fermés sur tout le territoire, occasionnant de nombreux morts à court ou moyen terme. Mais le ministre français de la santé ose déclarer : "On n'est plus dans l'urgence sanitaire" 6) sans aucune réaction des autres politiciens qui apportent leur caution indéfectible à cette parodie de démocratie des crédules, et soutiennent implicitement le négationnisme des crimes commis par l'état !

L'épidémiologiste Catherine Hill dénonce le "n'importe-quoi" sanitaire du gouvernement

En France, une chercheuse renommée pour ses travaux s'est exprimée en vain dans les quelques médias qui acceptaient de la recevoir, pour critiquer, du point de vue scientifique, la stupidité des non-décisions et des mesurettes sanitaires soit-disant prises contre l'épidémie de COVID-19. La lanceuse d'alerte Catherine Hill est épidémiologiste biostatisticienne, et jeune retraitée de l'institut Gustave-Roussy. Elle est un petit peu connue du grand public pour avoir assisté la lanceuse d'alerte Irène Frachon dans l'affaire du Mediator, et pour son militantisme contre les ennemis de la science et du progrès, notamment avec l'Association Française pour l'Information Scientifique : afis.org > Catherine Hill.

Catherine Hill a pointé le fait que les statistiques françaises des cas positifs de COVID-19 ont toujours été faux et sous-estimés, car non basés sur des tests massifs obligatoires de toute la population (en période de confinement), ou à défaut sur des sondages aléatoires de la population réalisés avec l'aide d'instituts de sondage dont c'est le métier (comme ce fut le cas au Royaume-Uni). En 2020, elle a réclamé sans relâche et en vain que soient effectués des tests massifs par des prélèvements groupés obligatoires de toute la population, afin de pouvoir isoler toutes les personnes porteuses du virus SARS-CoV-2, symptomatiques ou pas. Elle a dénoncé en vain la politique anti-scientifique et criminelle du "vivre (et mourir) avec le virus". Elle a réclamé en vain que la technique de détection virale par analyse des eaux usées (Réseau Obépine) soit massivement utilisée pour savoir quel quartier il fallait mettre en quarantaine plutôt qu'un autre. Elle a dénoncé en vain les contaminations orchestrées au niveau des écoles par l'état français, qui n'a pas fourni les capteurs que le Haut Conseil de la Santé Publique préconisait pourtant depuis le 22/10/2020, et surtout depuis son avis du 03/05/2021 expliquant qu'"Une concentration en CO2 supérieure à un seuil de 800 PPM doit conduire dans tous les cas à ne pas occuper la salle et à agir en termes d’aération/renouvellement d’air et/ou de réduction du nombre de personnes admises dans les locaux d’un Établissement Recevant du Public".

À partir de janvier 2021, les autorités politiques françaises ont commencé à mener des campagnes de vaccination anti-COVID-19 (pour lesquelles elles justifiaient leur attentisme de l'année précédente). Catherine Hill a donc pris acte que l'ancienne stratégie "business as usual / vivre (et mourir) avec le virus" + "wait and see" était remplacée par une stratégie de fuite en avant "business as usual / vivre (et mourir) avec le virus" + "tout miser sur la vaccination anti-COVID-19", malgré qu'environ 15% de la population française insuffisamment éduquée soit activement sceptique ou franchement opposée à cette thérapeutique expérimentée sur l'Homme depuis la fin du 18e siècle. Elle a dénoncé les lenteurs des premières campagnes de vaccinations. Elle dénonce l'abandon vaccinal de toute une frange de la population, souvent pauvre, souvent rurale, et souvent âgée, et réclame que la santé publique aille pro-activement au contact de ces personnes. Elle dénonce l'abandon criminel des gestes barrières sur un territoire dont la couverture vaccinale contre le virus SARS-CoV-2 est très insuffisante. Elle dénonce le déni officiel des morts occasionnés par la politique scélérate qui est menée.

L'étiquette réductrice d'"alarmiste" a été associée à Catherine Hill pour la disqualifier de manière simpliste au milieu du bruit médiatique suscité par la pandémie de COVID-19.

Sur le web, trois interviews vidéos de Catherine Hill lui donnent le temps d'exposer ses propositions et ses critiques :

Ruine des services publics : les travailleurs du secteur sanitaire et social expriment leur colère

  • Site officiel du Collectif Inter Urgences interurgences.fr :
    • https://www.interurgences.fr/2022/07/32913/ (02/07/2022 10:14)
      La situation actuelle de notre système public de santé résulte de la poursuite d’une politique délibérément menée depuis plus de trente ans et portant globalement atteinte à l’ensemble des services publics. Contrairement aux déclarations répandues par les politiciens et relayées par les médias, les causes de la dégradation de l’accès aux soins et de leur […]
    • La régulation n’est pas la solution ! (03/06/2022 10:12)
      Une petite musique insidieuse se diffuse depuis quelques jours et des médias s’en font le relais : la régulation du passage des patients aux urgences. Pour le CIU, cette idée est désastreuse. On nous propose de réguler l’entrée aux urgences quand le problème se situe à la sortie. Dans nos structures d’urgences, ce sont les […]
    • https://www.interurgences.fr/2022/03/32888/ (21/03/2022 22:39)
      7 Avril 2022, Pour faire de « La Journée Mondiale de la Santé » « Notre Journée Mondiale Citoyenne de la Santé » Les politiques publiques menées dans toute l’Europe dans le domaine de la santé et de la protection sociale, au nom d’une dette qui n’est pas la nôtre, ont conduit à une dégradation […]
    • Consultation sur les Heures Supplémentaires (14/03/2022 22:39)
      La majoration des heures supplémentaires pour les équipes soignantes hospitalières est présentée comme une réponse attractive par le premier ministre et le ministre de la santé pour faire face à la défection du personnel – mais aussi comme une mesure sociale à l’heure de défendre le bilan du quinquennat sur le système de santé. Ainsi, […]
    • Relever la tête (06/03/2022 19:51)
      Nous sommes infirmières, aides-soignantes, auxiliaires, agents de service,… Nous sommes les héritières de Florence Nightingale. Cette femme a mené un combat admirable pour l’essor de la professionnalisation de nos métiers à l’hôpital.Pour autant, nous ne sommes plus des nonnes. Les vœux de pauvreté, de chasteté ou d’obéissance, aussi respectables qu’ils puissent être dans le monde […]

Chronologie des événements

J'ai revu la section ci-dessous en essayant de synthétiser la chronologie des événements catastrophiques qui s'accumulent depuis le début de la pandémie de COVID-19. À l'échelle de la planète, Il s'agit de catastrophes qui tuent et jettent dans la misère des millions de personnes des classes populaires pendant que d'autres, minoritaires, s'enrichissent sur la bête. Ces catastrophes en cours sont toutes d'origine anthropique. Au même titre que l'accélération du réchauffement climatique, dont le caractère cataclysmique était déjà connu de toutes les autorités mondiales et de tous les médias avant 2020 : anomalies thermiques aux deux pôles froids de la planète, dont dépend directement, à la fois les flux océaniques (circulation thermohaline, etc.) et les flux d'air atmosphériques7). Acté avant 2020, ce dépassement de limite de ressources planétaires a été officiellement rejoint en avril 2022, par un nouveau dépassement de limite de ressources planétaires, le 6e sur un total de 9 : celui du cycle de l'eau douce

Depuis la fin de l'hivers 2021-2022, les classes populaires subissent la catastrophe de la guerre économique mondialisée de l'OTAN contre la Russie, le plus grand pays du monde en superficie, dont les ressources sont essentielles pour la civilisation mondialisée contemporaine, et dont la dictature est subitement devenue moins acceptable que celles d'autres pays grands partenaires commerciaux, au point d'alimenter la guerre militaire par procuration sur le pauvre territoire ukrainien.

Mais dans une certaine mesure, on peut considérer que la 3e guerre mondiale contre les classes populaires a commencé avec le début de la pandémie de COVID-19 en mars 2020. Partout sur la planète en mars 2020 comme en mars 2022, on y retrouve en effet — parfois en miroir d'un pays à l'autre — les mêmes bourrages de crânes politico-médiatiques, les mêmes lavages de cerveaux idéologiques. On y retrouve le même mouvement de paupérisation agressive des classes populaires condamnées à user leur santé dans des conditions toujours plus mauvaises de travail et de subsistance, à cause de politiques publiques aux odres. On y retrouve la même pression des lobbies économiques, multipliant leurs bénéfices en spéculant de plus belle, tandis que l'inflation mondiale augmente fortement, au fur et à mesure des ruptures des chaînes d'approvisionnement en provenance des pays pauves ou de la Chine, au fur et à mesure des boycotts opportunistes et hypocrites et des guerres favorisées dans les pays fournisseurs.

En 2022, alors que la pandémie de COVID-19 était loin d'être terminée à cause de choix politiques funestes et à courts termes, et que les matières premières en provenance des pays pauvres étaient toujours en forte tension du fait de leur désorganisation sanitaire, le choix non démocratique par les dirigeants des pays de l'OTAN, de boycotter toutes les ressources de la Russie en faisant monter les sentiments nationalistes et bellicistes, revenait à choisir de :

  • favoriser mécaniquement la sur-inflation jusqu'à la stagflation, la récession et la multiplication des conflits armés, par le fait que beaucoup moins de ressources mondiales sont à répartir entre autant d'acheteurs, dans un contexte où la tension pré-existait sur un grand nombre de matières premières (céréales, pétrole, gaz, minerais, engrais, etc.). L'inflation de ces matières premières doublée de leur raréfaction, impacte directement les coûts de fabrication et de transport d'un très grand nombre de produits finis dans le monde,
  • favoriser mécaniquement la spéculation des prix à la hausse, — non seulement sur le marché militaro-industriel en très forte croissance —, mais aussi sur celui des hydrocarbures et des matières premières alimentaires, dont les céréales que le Programme Alimentaire Mondial au budget si contraint, achète pour nourrir un nombre considérable de personnes dans différents pays de la planète,
  • favoriser mécaniquement la crise sociale dans les pays pauvres, jusqu'aux émeutes de la faim,
  • favoriser mécaniquement la crise sociale dans les pays riches, par le fait que la hausse mécanique des taux directeurs des banques centrales pour repousser la stagflation, obligent par l'augmentation de leur taux de refinancement, les banques à augmenter sérieusement les coûts d'emprunt et de remboursement, dont ceux des dettes nationales qui servent de prétexte pour accentuer encore plus les politiques publiques de grande austérité (destruction du tissu social et des services publics)

En France, le premier confinement français du 17 mars au 10 mai 2020 et les mois qui ont suivi, ont provoqué un raz-de-marée sur les plateformes de commérage narcissiques que le marketing présente comme des "réseaux sociaux". Des millions de personnes au même moment, ont créé du contenu sur les mêmes sujets. Pour les agences de communication, — ces outils que les politiciens au pouvoir utilisent pour gouverner —, ces gigantesques flux de méga-données (big data) furent une bénédiction pour affiner les analyses prédictives psychologiques et comportementales des classes populaires…

D'où le succès du savant et patient travail de manipulation et d'usure psychologique pour faire accepter contre la science, à la population française qu'elle devait "vivre (et mourir) avec le virus"…

Du 17 mars au 10 mai 2020 : 1er confinement français

11 mai 2020 et été 2020 : 1er déconfinement et grand relâchement national

Septembre octobre 2020 : 1er rebond (annoncé) de la pandémie

17 octobre 2020 àu 19 juin 2021 (= 245 jours ou 8 mois) : 2e confinement français à géométrie variable

20 juin 2021 : 2e grand relachement national avec abandon total des gestes barrières

Septembre 2021 au printemps 2022 : 2e rebond de la pandémie avec un étiage français très élevé

Printemps 2022 : Étiage fort et variable COVID-19 + déclenchement de la guerre économique mondialisée de l'OTAN contre la Russie

Été 2022 : Étiage fort de COVID-19 + tourisme massif sur fond de guerre mondialisée

Annexes

Synthèse de la politique sanitaire française contre l'épidémie de COVID-19 au 08/01/2022

Synthèse de la politique sanitaire française contre l'épidémie de COVID-19 au 08/01/2022 (version PDF)
Synthèse de la politique sanitaire française contre l'épidémie de COVID-19 au 08/01/2022 (Crédit : ordi49.fr sous licence CC BY 4.0)

Un scénario de ce qu’aurait pu être une politique sanitaire digne au 21e siècle

Un scénario de ce qu’aurait pu être une politique sanitaire digne au 21e siècle
(version PDF) :
France, pays très riche au leadership international :un scénario de ce qu’aurait pu être une politique sanitaire efficace au 21e siècle, et respectueuse de la dignité humaine (Crédit : ordi49.fr sous licence CC BY 4.0)

Interventions de Catherine Hill dans les médias (ordre antichronologique)

Cette section n'est pas à jour par manque de temps.
L'épidémiologiste biostatisticienne et lanceuse d'alerte Catherine Hill s'exprime dans les médias :

1)
  • 20/08/2022: franceinter.fr > Les Savanturiers > Doit-on croire aux fantômes ? : Exemple d'une journaliste "scientifique" qui parle des croyants ésotériques en donnant du crédit à leurs croyances, sur France Inter, cette station de radio généraliste du service public, qui donne depuis trop longtemps un crédit scientifique aux croyances les plus ésotériques (sourciers, agriculture biodynamique, etc.)
2)
3)
Source : 15/01/2021: insee.fr > Communiqué de presse > Première estimation provisoire du nombre de décès en 2020
5)
Sources :
7)
–> augmentation des sinuosités des courants-jets polaires qui circulent entre 90 et 360 Km/h et entre 7 et 12 Km d'altitude. Ces sinuosités perturbent grandement la cellule de Ferrel de chaque hémisphère, cette zone aux latitudes moyennes où se rencontrent l'air chaud tropical et l'air froid des pôles…
savoir/lutte_contre_obscurantisme/pandemie_de_covid_19_et_gestion_sanitaire_francaise.txt · Dernière modification : 02/09/2022 08:49 de Médéric