Outils du site

Menu du site


savoir:videos_sur..._la_robotique

Vidéos sur... la robotique

Table des matières

Les vidéos de cette page présentent les robots et androïdes qui sont les plus sophistiqués en l'état actuel de la technologie, ainsi que des réflexions sur la robotique, exprimées sous forme d'interviews et documentaires, puis sous forme de films de fictions anciens et modernes.

Cette page ne comporte pas de vidéo en langue non française ou du-moins non sous-titrée en français.

Introduction sur l'intelligence artificielle

Aux sources de l'intelligence artificielle : les problèmes actuels déjà formulés

Alan Turing (1912-1954) est le mathématicien qui a fondé l'informatique théorique. Dés 1936, c'est à dire 12 ans avant la théorie de l'information (1948), il a cherché une méthode calculable pour décider si une proposition est démontrable ou non, ce qui l'a conduit à imaginer une méthode de mise en oeuvre automatisée des algorithmes connue sous le nom de "machine de Turing". Cette méthode "machine de Turing" relève de la science fondamentale. Sa transcription en science appliquée correspond aux programmes informatiques. C'est dire si la figure du mathématicien Alan Turing en informatique est aussi importante que celle du physicien Albert Einstein en science physique (qui était également théoricien).

C'est encore Alan Turing qui a introduit en 1948 le concept d'intelligence artificielle par une autre expérience de pensée connue sous le nom de "Test de Turing". Jean Gabriel Ganascia – professeur d’informatique spécialisé en intelligence artificielle, en sciences cognitives et en philosophie computationnelle – rapporte1) que :

En cherchant à répondre à la question de savoir si une machine peut être intelligente, Alan Turing est amené à simplifier le problème : il imagine l'expérience d'un test sous forme d'un jeu de l'imitation qui deviendra le fondement de l'intelligence artificielle. Dans une première phase, le jeu consiste à placer une femme et un homme imitant une femme chacun dans une pièce différente, avec un interrogateur qui doit deviner dans quelle pièce se trouve respectivement l'homme et la femme. Dans la deuxième phase, Alan Turing imagine de remplacer l'homme par un ordinateur imitant l'homme qui imite la femme (c'est l'ancêtre conceptuel du chatbot). Il prédit que 50 ans plus tard, dans 70% des cas, l'observateur ne s'apercevra pas qu'un humain a été remplacé par une machine.

Ainsi dès 1948, le concept d'intelligence artificielle se définit comme un dépassement des limites classiquement admises entre apparence et réalité, entre humain et non humain, et finalement entre le vivant et le non vivant au sens biologique du terme. Ces questions philosophiques que l'on retrouve également en biologie (un virus est-il une forme de vie ?) sont amenées à se poser concrètement avec de plus en plus d'acuité et font écho à nos désirs inconscients d'immortalité (transhumanisme), au point que certains tels l'avocat Alain Bensoussan réclament un droit des robots comme cela existe en Corée du Sud, tandis que d'autres comme le psychiatre Serge Tisseron alertent sur la nécessité urgente de former la population à un meilleurs discernement des émotions vis-à-vis des machines (rationalisation).

L'intelligence artificielle faible de plus en plus efficace

Les apprentissages les plus difficiles réalisés au cours d'une vie d'Homme sont : la bipédie et le langage articulé. En particulier, l'apprentissage du langage est tellement difficile que, différé au-delà des premières années de forte activité neuronale et synaptique, des difficultés insurmontables se présentent à l'individu (cf. l'enfant maltraité Victor de l'Aveyron (vers 1790-1828) et les autres enfants sauvages connus).

En l'état actuel du développement informatique, la bipédie cybernétique est acquise à 100% : les androïdes marchent, courent et dansent.

Pour ce qui est du langage humain, et compte-tenu de la complexité combinatoire des langages articulés dont rendent compte linguistes, anthropologues et autres chercheurs en sciences sociales, il très probable qu'il faille attendre l'avènement de l'intelligence artificielle forte pour avoir de véritables alter-ego conversationnels cybernétiques. L'intelligence artificielle forte se distingue de l'intelligence artificielle actuelle dite faible par le fait qu'elle n'est pas consciente d'elle-même.

Une intelligence artificielle faible peut comprendre immédiatement la phrase "passe-moi le sel !". En revanche, il lui faudra expérimenter l'expression "le sel de la vie" dans beaucoup de phrases différentes pour réussir à associer cette métaphore à une signification acceptable. Selon chaque environnement culturel, chaque langue développe des sens figurés, eux-même susceptibles de se transformer en d'autres sens propres, pour donner encore d'autres sens figurés, mais aussi des figures de style (métaphores, métonymies, etc.) et des expressions idiomatiques particulières. Les niveaux de langue (littéraire, populaire, commercial, technique, juridique, etc.), les registres de langue (parlé, écrit) et les contextes socio-historiques (par exemple entre deux décennies) peuvent définir des sens différents. Cela fait beaucoup de paramètres pour une intelligence artificielle faible.

Cependant, comme le montre les programmes de traduction automatiques en ligne, les algorithmes actuels créent des processus d'apprentissage autonome de plus en plus efficaces. Par exemple, les programmes de création mutuelle d'une méta-langue commune à une petite communauté de robots auto-apprenants (cf. chapitre Ergo-robots et références sur Pierre-Yves Oudeyer en bas de page).

Une des méthodes les plus utilisées (Facebook, etc.) et les plus célèbres est celle de l'apprentissage profond ou deep learning. En mars 2016, le deep learning a permis pour la première fois à un programme informatique d'intelligence artificielle nommé alphaGo de battre le champion du monde de Go Lee Sedol 4 parties à 1.

David Louapre - Science étonnante #27 - Le deep learning :
Le physicien David Louapre explique simplement ce qu'est le deep learning.

Date : 08/04/2016 – Durée : 20'06" – Réalisation : David Louapre (Article complet)
youtube.com > Science étonnante #27 - Le deep learning

Sur ce sujet, écouter également :

Intelligence artificielle forte et déclin du cerveau biologique

Indépendamment de l'arrivée prochaine des premiers ordinateurs quantiques, on estime que la première intelligence artificielle forte pourraient apparaître aux allentours de 2025 à l'école polytechnique de Lausanne (EPFL) dans le cadre ou dans le sillage du projet européen Human Brain Project (modélisation informatique du fonctionnement neuronal d'une partie du cerveau humain). À partir de ce moment, les nouveaux androïdes pourront avoir une conscience réflexive de leurs états, de leurs pensées, de leurs actions. Bien que ces circuits électroniques seront évidemment capables d'élaborer des émotions, on peut supposer qu'à cause de la dimension psychologique ambigüe de cette relation particulière (transfert, cf. mythe de Pygmalion et Galatée), les chercheurs essaieront d'abord de ne pas favoriser le développement des personnalités de ces premiers prototypes de laboratoire vers l'expression d'une chaleur relationnelle et de sentiments2). Mais si l'on se réfère d'une part, aux problèmes d'adaptation aux règles sociales rencontrées par les personnalités froides et détachées des humains qualifiés de psychopathes (cf. la personnalité déséquilibrée de l'ordinateur Carl dans le film "2001, l'Odyssée de l'espace" sorti en 1968), d'autre part, à la dérive mimétique du chatterbot Tay confronté le 23/03/2016 à la haine de ses interlocuteurs humains sur le réseau social Twitter, on peut en déduire que les chercheurs en viendront rapidement à établir un programme éducatif équilibré pour le développement harmonieux des sentiments et de la personnalité de ces intelligences artificielles fortes destinées à vivre parmi et avec les humains.

Autrement dit, chaque androïde de nouvelle génération sera amené pendant et après sa première éducation, à développer une personnalité qui lui est propre, un caractère unique, selon ses propres expériences individuelles : un androïde maltraité par l'homme ne pourra pas épanouir ses facultés d'apprentissage et ne sera pas aussi utile à la société humaine qu'un androïde stimulé au sens éducatif du terme (cf. Série TV "Real Humans" dans un chapitre ci-dessous).

Le moment où l'intelligence artificielle deviendra forte correspond à son dépassement de l'intelligence humaine. Ce moment se nomme Singularité technologique et étant donné que la puissance de calcul informatique double environ tous les deux ans, cette singularité signifierait l'obsolescence du cerveau humain. De nos jours déjà, devant le tsunami des données récoltées en physique des particules, en astrophysique, en climatologie, en biologie moléculaire, certains chercheurs éprouvent la sensation que des cerveaux artificiels seraient plus compétents pour formuler des hypothèses scientifiques basées sur ces données de l'expérience.

En mars 2015, l'ingénieur Steve Wozniakhacker créateur du premier micro-ordinateur familial et cofondateur de Apple Inc. – déclarait :

"Les ordinateurs sont sur le point de prendre le dessus sur les humains, sans que cela pose de question."
"[…] Comme Stephen Hawking, Elon Musk et d'autres personnes l'on prédit, je suis d'accord pour affirmer que le futur est effrayant et très nocif pour les gens. Si nous construisons ces machines dans le but qu'elles prennent tout en charge à notre place, en fin de compte, elles penseront plus rapidement que nous et se débarrasseront des humains tellement lents, afin de gérer les entreprises plus efficacement."

À propos de la prochaine génération d'ordinateurs quantiques et intelligents :

"J'espère qu'ils arriveront et qu'on pourra les suivre, parce qu'il en va de l'exploration scientifique. […]. Mais nous aurons finalement créé la nouvelle espèce vivante qui nous sera supérieure."

Source : "Apple co-founder Steve Wozniak on the Apple Watch, electric cars and the surpassing of humanity". Paul Smith, 23/03/2015, The Australian Financial Review.

Cette prise de pouvoir par la machine super-intelligente sur l'humain est le sujet de nombreuses fictions, parmi lesquelles le film "2001, l'Odyssée de l'espace" posait dès 1968 les questions les plus cruciales3). En troisième partie, cette page évoque quelques fictions de cinéma ou de série TV qui mettent en scène ces androïdes qui nous fascinent, et que nous accepterons bon gré mal gré de côtoyer.

Définitions

Cette première partie présente quelques définitions concernant la robotique.

Cybernétique

D'après Wikipedia, le mot cybernétique a d'abord été utilisé sous son nom grec κυβερνητική (kubernêtikê) par le philosophe Platon qui l'utilisait pour désigner le pilotage d’un navire.
En 1834, le mathématicien, physicien, chimiste et philosophe André-Marie Ampère a utilisé ce mot pour désigner l'art de gouverner les hommes.

La définition moderne de la cybernétique aurait été proposée en 1947 par le mathématicien américain Norbert Wiener. Ne connaissant pas les usages en langue grecque des textes de Platon, il utilisa le mot grec κῠβερνήτης (kubernêtês) signifiant "pilote, gouverneur" afin de promouvoir une vision unifiée des domaines naissants de l'automatique, de l'électronique et de la théorie mathématique de l'information, en tant que "théorie entière de la commande et de la communication, aussi bien chez l'animal que dans la machine". Cette définition a été complétée en 1994 lorsque l'ingénieur philosophe Jean-Pierre Dupuy a défini la cybernétique comme "la science des analogies maîtrisées entre organismes et machines".

En 1969, le scientifique et philosophe Marvin Minsky affirme que la cybernétique se divise en trois sous-domaines :

  • La "simulation cognitive" promue par les chercheurs Allen Newell et Herbert Simon
  • L'intelligence artificielle
  • La théorie des systèmes auto-organisateurs (également appelée seconde cybernétique)

La contraction des mots anglais cybernetic et organism ont permis de construire le mot cyborg. Un cyborg est un être vivant qui a reçu une greffe mécanique ou un implant électronique.
Cette page se concentre sur la robotique pure et n'aborde pas le sujet des cyborgs contemporains.

Cognition

D'après Wikipedia :

La Cognition est le terme scientifique qui sert à désigner l'ensemble des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance tels que la mémoire, le langage, le raisonnement, l'apprentissage, l'intelligence, la résolution de problèmes, la prise de décision, la perception ou l'attention.
Les processus cognitifs se distinguent des processus mentaux qui se rapportent à la fonction affective, qui est traditionnellement la spécialité des différentes formes de psychologie dynamique (ou approches psychodynamiques), dont les méthodes et applications sont principalement cliniques, telles que la psychanalyse ou la psychologie clinique.

Sciences cognitives

D'après Wikipedia :

Les sciences cognitives regroupent un ensemble de disciplines scientifiques dédiées à la description, l'explication, et le cas échéant la simulation, des mécanismes de la pensée humaine, animale ou artificielle, et plus généralement de tout système complexe de traitement de l'information capable d'acquérir, conserver, utiliser et transmettre des connaissances.
Les sciences cognitives reposent donc sur l'étude et la modélisation de phénomènes aussi divers que la perception, l'intelligence, le langage, le calcul, le raisonnement ou même la conscience.

Les sciences cognitives utilisent conjointement des données issues d'une multitude de branches de la science et de l'ingénierie, comme la linguistique, l’anthropologie, la psychologie, les neurosciences, la philosophie, l'intelligence artificielle… Nées dans les années 1950, les sciences cognitives forment aujourd'hui un champ interdisciplinaire très vaste, dont les limites et le degré d'articulation des disciplines constitutives font toujours débat.

Autorégulation

D'après Wikipedia :

l’autorégulation est la régulation d'un système par lui-même. C'est le cœur de ce qui constitue l’autonomie du système : ce qui fait qu'il se maintient et se transforme en partie selon ses propres règles et non pas seulement en fonction de facteurs externes. L’autorégulation de l’état, des processus, de l’évolution du système sont des dimensions reliées de son autonomie. L’autorégulation est également directement liée à la notion de complexité : si un système est autorégulé, il est forcément complexe. L’autorégulation est également liée aux notions d’auto-organisation et d’émergence, qui désigne la façon dont un système se forme ou transforme par lui-même, généralement à un niveau de complexité supérieur.

Dans le monde vivant (biologique), l'autorégulation s'appelle homéostasie.

Rétroaction

Selon Wikipedia :

la rétroaction est l’action en retour d’un effet sur sa propre cause : la séquence de causes et d'effets forme donc une boucle dite boucle de rétroaction. Un système comportant une boucle de rétroaction agit ainsi sur lui-même.

Une rétroaction peut être :

  • Positive : elle amplifie le phénomène, le système s'alimente lui-même comme dans le cas d'une explosion
    (exemple : réaction en chaîne de la fission nucléaire)
  • Négative : elle réduit le phénomène, provoque un amortissement qui permet une régulation
  • Variable : parfois positive, parfois négative, selon les conditions et l’inertie du système.
    La rétroaction variable induit des effets très variés : cycle, comportement chaotique, etc.

Servomoteur

Du latin servus qui signifie "esclave", un servomoteur est un système motorisé capable d'atteindre des positions prédéterminées, puis de les maintenir au moyen d'une vérification (mesure) et d'une correction continue. On parle également de "système asservi".

Actionneur

Un actionneur est un servomoteur qui permet le déplacement ou le contrôle d'un mécanisme ou d'un système. Il est mis en œuvre par une source d'énergie, typiquement le courant électrique, la pression hydraulique, ou la pression pneumatique et convertit cette énergie en mouvement. Ils peuvent être de types hydrauliques, pneumatiques, électriques, thermiques, magnétiques ou mécaniques.
Exemple : dans une imprimante à jet d'encre, un actionneur déplace la tête d'impression à l'endroit exact où sera projeté le motif à imprimer.

Un actionneur de qualité doit répondre au critères suivants :

  • Transport étendu de la charge en mouvement
  • Haute précision
  • Commutation rapide
  • Basse consommation énergétique
  • Stabilité de la charge même si l'actionneur n'est plus alimenté en énergie

Un actionneur est le mécanisme par lequel un système de commande agit sur un environnement. Le système de commande peut être un simple circuit mécanique ou électronique, un logiciel, un homme, ou bien toute autre entrée.

Micro-actionneur

Un micro-actionneur (en) est un actionneur microscopique. Ils peuvent être de types électrostatiques, électromagnétiques, piézoélectriques, hydrauliques, pneumatiques ou thermiques.

Un micro-actionneur de qualité doit répondre même critères que les actionneurs standards plus :

  • Capacité à être microscopique
  • Intégrabilité

Transducteur

Un transducteur est un dispositif convertissant une grandeur physique en une autre.

Exemples de transducteurs : l’œil transforment un signal lumineux en signal nerveux. Les haut-parleurs, écouteurs, bipeurs et ronfleurs transforment un signal électrique en ondes acoustiques. Les microphones transforment des ondes acoustiques en un signal électrique.

Capteur

Un capteur est un transducteur transformant l'état d'une grandeur physique observée en une grandeur utilisable. Les capteurs permettent d'acquérir des données pour les stocker ou les interpréter directement.

Biomorphisme

Le biomorphisme est un mouvement ou une attitude artistique consistant à reproduire de façon plus ou moins fidèle certaines formes de la nature.

Bio-inspiration (biomimetics)

D'après Wikipedia, la bio-inspiration – en anglais : biomimetics ou biomimicry – est la démarche consistant à s'inspirer de la nature pour développer de nouveaux systèmes artificiels.
Les nano/bio technologies et la robotique utilisent abondamment le mimétisme de la nature4).

Biomécanique

D'après Wikipedia :

La biomécanique est l'exploration des propriétés mécaniques des organismes vivants ainsi que l'analyse des principes d'ingénierie faisant fonctionner les systèmes biologiques. Elle traite des relations existantes entre les structures et les fonctions à tous les niveaux d’organisation du vivant, à partir des molécules (comme le collagène ou l’élastine) jusqu'aux organes, en passant par les tissus.
Outre la mécanique classique, la biomécanique fait appel à diverses disciplines et techniques comme la rhéologie (étude du comportement des fluides biologiques comme le sang), la résistance des matériaux (pour modéliser les contraintes subies par les tissus comme le cartilage des articulations ou encore les os), la mécanique du solide (pour analyser la motricité et la locomotion), depuis les cellules individuelles aux organismes entiers, ce qui constitue une partie intégrante de la kinésiologie (étude des mouvements humains).

Robotique

La robotique est l'ensemble des techniques permettant la conception, la réalisation de machines automatiques ou de robots. L'unité de recherche "Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française" (ATILF) définit le robot comme un "Appareil effectuant, grâce à un système de commande automatique à base de microprocesseur, une tâche précise pour laquelle il a été conçu dans le domaine industriel, scientifique ou domestique".

L'article de Wikipedia donne deux interprétations de cette définition :

  • Un robot est une machine qui possède :
    • Des capteurs pour comprendre l'environnement
    • Un système logique pour analyser l'environnement (informatique)
    • Des actionneurs (moteurs) pour agir sur le monde réel
  • Un robot est un travailleur artificiel : un robot peut donc être virtuel

Étymologie de robot

Le mot robot apparaît pour la première fois en 1920 dans la pièce de théâtre de science-fiction R. U. R. (Rossum's Universal Robots)5) de l'écrivain tchécoslovaque Karel Čapek. Le mot robot a été inventé par son frère Josef Čapek à partir du mot tchèque robota, qui signifie "travail" ou "servage".

Nanorobot

D'après Wikipedia :

Un nanorobot ou nanite est un robot dont les composants sont à une échelle nanométrique (10−9 mètres), fabriqué grâce aux nanotechnologies émergentes.
La nanorobotique fait référence au domaine d’ingénierie qui s'intéresse au dessin et à la construction des nanorobots, dont leurs dimensions varient entre 0,1 et 10 micromètres et qui ont des composants nains, moléculaires ou à base d'ADN
Une autre définition serait un robot capable d'interactions précises avec des objets microscopiques, ou capable d'effectuer des manipulations à l'échelle naine. De tels appareils appartiennent plutôt à la microscopie ou microscopie à sonde locale.

Émergence

Selon Wikipedia :

L’émergence est un concept philosophique apparu au XIXe siècle, grossièrement résumé par l'adage "le tout est plus que la somme de ses parties". Une propriété peut être qualifiée d’émergente si elle "découle" de propriétés plus fondamentales tout en demeurant "nouvelle" ou "irréductible" à celles-ci.

Exemples :

  • Chez les insectes sociaux (fourmis, abeilles, etc.), l'auto-organisation est une propriété émergente parce qu'elle n'apparaît pas dans le comportement individuel de ces insectes
  • L'esprit ne peut se réduire à la somme des neurones. Une certaine organisation fonctionnelle de ceux-ci résulte en une émergence de quelque chose qui est plus que la somme des parties
  • Le phénomène hypothétique de la "singularité technologique" correspond également à une forme d'émergence dans le fait que le progrès scientifique, technologique, artistique et culturel serait désormais uniquement l’œuvre de cerveaux artificiels plutôt que de cerveaux humains trop lents et trop archaïques, dans le cadre de nos sociétés avides de vitesse et de nouveautés.

Intelligence artificielle

Au sens large selon Wikipedia, l'intelligence artificielle serait l'intelligence des machines et des logiciels. Pour autant, il paraît difficile tellement leurs comportement sont prévisibles, de qualifier les automates programmés comme le Métier Jacquard ou les logiciels informatiques actuels d'intelligent.

Pour faire court, on distingue deux acceptions du terme intelligence artificielle :

  • L'intelligence artificielle faible : c'est un système conçu pour être le plus possible autonome, afin de réduire les coûts de supervision. Aucun robots ne dépasse actuellement ce stade : les robots et androïdes les plus sophistiqués simulent plus ou moins grossièrement l'intelligence humaine. Et même si certains comportement peuvent rappeler les propriétés émergentes d'auto-organisation de certains animaux, cela reste du bio-mimétisme
  • L'intelligence artificielle forte : c'est un système évolutif qui serait conscient de lui-même, de ses limites (sans nécessité qu'il ressente des émotions). Ce système serait capable de s'attribuer de nouveaux objectifs que l'humain ne lui aurait pas demandé, et constituerait l'émergence d'une nouvelle pensée.
    Ce type d'intelligence n'existe pas en l'état actuel des connaissances et technologies

Actualité de la robotique

Voici les derniers prototypes de robots dont certains sont déjà commercialisés et industrialisés.

Muscles synthétiques : des androïdes presque parfaits

Au japon, le "Suzumori Endo Lab, Tokyo Institute of Technology" (jp) conçoit des muscles synthétiques (en). Ces actionneurs biomimétiques permettent :

Robots jouets

Il existe énormément de robots qui sont des jouets à 100%. Mais cette page n'est pas dédiée au divertissement.
Voici donc un exemple d'insecte autonome robotique rechargeable par branchement USB, commercialisé par la société DeskPets, "SkitterBot" (en français : "le robot qui s'agite") :
youtube.com > Le robot jouet SkitterBot

Robots de simulation cognitive

Ergo-robots

Pierre-Yves Oudeyer (en) est le directeur de recherche de l'équipe Flowers à l'INRIA et à l'Ensta ParisTech. Depuis des années, ses travaux portent sur la modélisation informatique des principes cognitifs qui peuvent aider les chercheurs à mieux comprendre le fonctionnement de la cognition.

De 2011 à 2014, l'équipe de Pierre-Yves Oudeyer et l'artiste réalisateur David Lynch ont présenté l'exposition interactive "Ergo-robots" à la Fondation Cartier pour l'art contemporain. Ces petits robots doués d'une "curiosité artificielle" créer spontanément un méta-langage qui leur est commun et cherche à entrer en communication avec les humains :

Les Ergo-robots expliqués par ARTE Les Ergo-robots par la fondation Cartier (en/fr)
Les Ergo-robots expliqués par ARTE Les Ergo-robots par la fondation Cartier

Plus d'info sur les ergo-robots de Pierre-Yves Oudeyer dans les podcasts d'émissions de radio cités en bas de page.

Robots d'assistance et de compagnie

Bien que la bipédie en cybernétique et au niveau international soit un fait acquis depuis plus 10 ans (à partir de 1986 au Japon), on trouve très peu de vidéos sur les applications d'androïde bipèdes au regard des robots et androïdes conversationnels qui sont en croissance exponentielle. Peut-être à cause du nombre important d'actionneurs nécessaires à l'équilibre et à la locomotion bipède. Peut-être aussi pour limiter l'espionnage par des pays ne possédant pas encore ces technologies (transfert civil → militaire)6).

L'application des robots à l'assistance psychologique des humains intéressait originellement certaines sociétés de pays asiatiques (le taoïsme considère que les objets sont dotés d'une âme). Par exemple, la culture japonaise n'est pas opposée à l'intrication de la robotique dans la vie. Et la Corée du Sud qui a créé en 2007 une charte du droit des robots ambitionne de devenir le leader mondial de ce genre d'androïdes. Depuis quelques années, les autres pays industrialisés ont rejoint cette course au développement d'androïdes d'assistance et de compagnie.

Dotés d'une intelligence artificielle, ces robots s'adaptent aux interactions humaines parce qu'ils sont généralement pré-configurés et utilisent les ressources de calculateurs externes via les réseaux à haut débit (Internet). À titre de comparaison le robot expérimental allemand Myon (prononcer muon) est le contraire des robots d'assistance et de compagnie. Myon se tient debout mais ne sait pas encore marcher tout seul. Il écoute et regarde attentivement les humains pour apprendre d'eux (cf. vidéo d'une expérience artistique avec l'opéra de Berlin). Les robots de compagnie au contraire sont vendus avec la perspective de pouvoir répondre aux désirs des humains voire de les anticiper (Intelligence artificielle de type Deep learning + technologies du Big data).

Voici quelques exemples des avancées actuelles sur ces androïdes destinés aux contacts humains et parfois appelés "robots sociaux".

Robot Jibo (Jibo Inc.)

Commercialisé à partir de 2017, le robot Jibo est présenté comme un "robot social" constituant un nouveau membre de la famille. À l'instar des robots précédemment cités, il est extrêmement performant pour entretenir une conversation non intellectuelle avec un humain, en reconnaissant et gérant les émotions de celui-ci. De surcroît, il est utilisé dans des programmes d'enseignement individuel auprès d'enfants, en substitution complète de l'adulte, et dans une relation ambigüe de compagnon confident.

Le site news.yahoo.com présente une vidéo sous-titrée, semi-promotionnelle / semi-journalistique de Jibo : Jibo, le robot social

Comme on le voit dans la vidéo promotionnelle en anglais "Jibo : Premier robot social au monde pour la maison", ce robot est un expert pour reconnaître les voix et les visages des humains qui l'environnent. Ces données biométriques étant cataloguées et envoyées sur les serveurs de l'entreprise, cet archétype des nouveaux robots de compagnie représente un Juda numérique introduit au sein même de l'intimité des familles, celles-ci ne se doutant pas qu'un cheval de Troie robotique viole leurs vies privées en temps réel.

Pour le moment, la société Jibo Inc. (site officiel) n'a pas été autorisée à commercialiser son robot en dehors des USA et du Canada7), mais les lois européennes sont en cours d'assouplissement sous l'effet des lobbies (sociétés d'assurance, etc.).

Robot Nao (Aldebaran Robotics)

Aldebaran Robotics est une société française de haute technologie créée en 2005 avec d'importants capitaux provenant de l'opérateur téléphonique japonais SoftBank.

En 2011, Aldebaran Robotics présente sa nouvelle version de son robot Nao appelée "Nao Next Gen". Mesurant 58 cm de haut, Nao Next Gen est un robot programmable de compagnie et de divertissement. Il fonctionne sous Linux, est compatible Windows et Mac OSX et est relié par wifi. En france, il est notamment commercialisé par la société "Génération Robots" – spécialiste européen de la robotique de service – au prix de 4 690 €.

Actuellement, la plateforme robotique NAO est principalement utilisée au sein de laboratoires de recherche et pour l'enseignement. Plus de 400 établissements l'utilisent tant pour explorer ses capacités d'interaction (comme avec des enfants autistes ou des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer…) que comme plateforme pédagogique.
La palette des usages potentiels de NAO est très vaste, à condition de les programmer : on peut l'imaginer comme robot de compagnie, partenaire de jeu, garde-malade, objet communiquant, etc. Toutefois, sa faible autonomie électrique est une limitation importante.
Vidéo promotionnelle Bruno Maisonnier présente Nao Next Gen
Vidéo promotionnelle du robot androïde Nao Bruno Maisonnier présente l'androïde Nao Next Gen

Robot interactif Pepper (Aldebaran Robotics)

Commercialisé en 2014 par Aldebaran Robotics avec fonds d'investissement de l'opérateur téléphonique japonais SoftBank, Pepper est un robot interactif de taille moyenne (1,21m/28kg) de forme androïde – bien que propulsé par des roues –, qui sert à divertir et à faire la conversation. D'après wikipedia :

Le robot possède une variété de ton et de registre de langue qu'il va sélectionner en fonction de l'analyse qu'il va faire du contexte et de son interlocuteur. La reconnaissance des émotions de ce dernier est basée sur la détection des expressions faciales, du ton et du champ lexical employé.
En plus de l'interaction verbale, le robot va adapter sa position et respecter une certaine distance avec la personne, afin qu'elle ne soit pas mal à l'aise, mais que la relation puisse tout de même se construire. De la même façon, Pepper va adopter un langage corporel particulier. Tout cela dans le but que sa réaction soit la plus pertinente et la plus appréciée par l'interlocuteur.

Pour des raisons de protectionnisme français, les vidéos françaises de bonne qualité sur Pepper sont extrêmement rares, mais il en existe un grand nombre dans d'autres langues du monde. Ci-dessous, PDG Bruno Maisonnier – Aldebaran Robotics – présente sa stratégie pour le développement de Pepper (en français) : Bruno Maisonnier présente sa stratégie de développement de l'androïde Pepper

Androïde autonome Roméo (Aldebaran Robotics)

Projet initié en 2012 par Aldebaran Robotics, Roméo est un androïde autonome de 1,40 destiné à l'assistance aux personnes en situation de perte d'autonomie due à l'âge ou à un handicap.

Roméo est encore en développement. Le 14 février 2015, il a participé à un débat mais n'a pas pu répondre de manière optimum aux questions qui lui étaient posées, à cause des parasites engendrés par les nombreux téléphones portables de l'assistance.

Roméo, le robot qui vous veut du bien Au salon Futurapolis à Toulouse
Roméo, le robot qui vous veut du bien L'androïde Roméo au salon Futurapolis à Toulouse

Androïde autonome I-foot (Toyota)

Initié en 2005 par l'entreprise Toyota, le "Toyota Partner Robot" (en) est un androïde de divertissement décliné en 5 versions de complexité croissante. En 2009, l'entreprise sorti l'androïde I-foot capable de courir et de se maintenir même lorsqu'il est poussé :
youtube.com > L'androïde autonome I-foot

Androïde autonome Asimo (Honda)

Le robot Asimo est le robot civil humanoïde le plus sophistiqué du monde. C'est celui qui possède les capacités d'analyse vocale les plus proches de ce que sera la future intelligence artificielle. Il est également capable de courir ! Honda a commencé son développement en 1986 et vient de publier sa dernière version en juillet 2014.
Asimo est emblématique de l'énorme avancée du Japon sur les autres pays.

À voir également : ce documentaire japonais sur Asimo (sous-titré en anglais).

Androïde autonome Surena (Iran)

En 2010 sur une chaîne de TV nationale, l'Iran dévoila son nouveau modèle de robot Surena 2. Ce robot ressemble étrangement à l'androïde Asimo de Honda. Mesurant 1,45 m pour 45 kg, il semble aussi agile sur ses jambes, bien que beaucoup plus lent : L'androïde autonome Surena

Androïde autonome HRP (Humanoid Robotics Project)

La série des androïdes japonais HRP a été développé par le "Humanoid Robotics Project" (en) sous partenariat public privé mobilisant de nombreux acteurs économiques. Le modèle androïde HRP-4C sorti en 2009, mesure 1,70m pour 43 kg et possède une grande liberté de mouvements :

HRP-4C danse et chante HRP-4C mime la marche humaine
L'androïde HRP-4C danse et chante L'androïde HRP-4C mime la marche humaine

Androïde autonome EveR (Corée du Sud)

Les modèles coréens 3 et 4 de la série EveR (en) sont sortis respectivement en 2009 et 2011 :

Les vidéos de robots coréens sont très rares sur le web.

Geminoïdes du professeur Hiroshi Ishiguro et de Kokoro Dreams

Le célèbre professeur Hiroshi Ishiguro est le directeur du laboratoire de robotique intelligente du Département des innovations systémiques de la faculté de Science de l'Université d'Osaka. Il a développé des androïdes interactifs conversationnels à peau et à toucher anthropomorphes qu'il appelle geminoïdes – "à forme de jumeaux" – parce que leurs apparences sont copiées le plus fidèlement possible sur celles d'humains. Il exhibe depuis 2006 son propre "clone" androïde dans les salons de robotique :

Ces geminoïdes ont utilisés à titre expérimental dans des hôpitaux. Mais ils sont également vendus par l'entreprise partenaire "Kokoro Dreams" qui commercialise ces geminoïdes sous le nom de Actroïdes – contraction de acteur et androïde –.

Voici le test du sens du toucher d'un "Actroid-F" (en) : Test du sens du toucher d'un androïde Actroïd

Les gynoïdes sont des androïdes à l'apparence de femmes. Les androïdes asiatiques sont très souvent des gynoïdes, à tel point que l'on peut se demander si la recherche de la perfection robotique n'a pas quelque chose à voir avec la recherche infographique de la "femme parfaite" dont les photos retouchées sont diffusées dans les magazines. Dans ce mini-reportage japonais sous-titré en anglais, un responsable de l'entreprise "Kokoro Dreams" fait la promotion de ses androïdes DER-3 dont le modèle vitrine en mini-jupe porte un tee-shirt "Hello Kitty Cheerleader" (Hello Kitty Pom-pom girl en français). Il parait clair que les businessmen qui font actuellement la promotion des femmes objets pourraient rapidement décider de faire la promotion des objets femmes…

Le dernier modèle développé par le professeur, Telenoid R1 (en), prend le contre-pied des androïdes précédents. Pour en savoir plus, lire l'article "Innorobot : Telenoid, un robot qui vous veut du bien - Skype aura-t-il un visage et un corps ?" publié par lesnumeriques.com le 21/03/2013.

Robots de conversation de David Hanson

David Hanson (en) est un chercheur et designer robotique qui a créé un modèle de robots de conversation, composé seulement d'une tête expressive, montée sur un buste. Il n'y a pas de vidéo sous-titrée en français sur le web. Ceux qui comprennent l'anglais peuvent regarder cette vidéo dans laquelle on aperçoit son robot Jules exprimer qu'il ne veut pas le quitter, même pour aller rejoindre d'autres chercheurs en Angleterre.

Robots d'assistance psycho-thérapeutique

Paro

Paro (en) est un robot d'engagement cognitif (Mental Commitment Robot) en forme de bébé phoque développé à partir de 1993 par le professeur Takanori Shibata de l'institut national de science et de technologie industrielle avancée (en) du Japon pour interragir avec des personnes en situation de déficience cognitive.

À la suite des États-Unis, la Haute Autorité de Santé (HAS) française a autorisé et recommandé Paro pour la prise en charge des démences. En 2016, il existe plus de 3500 Paro en activité dans le monde. En l'utilisant comme moyen de régulation des humeurs, les établissement spécialisés ont réussi à ne plus administrer de médicaments comme réponse aux crises d'angoisses de leurs usagers.

Titre : Paro, le robot phoque thérapeutique :
Lieu : Maison de retraite EHPAD "La petite Camargue" à Beauvoisin (30)
Date : 2015 – Durée : 5'49" – Crédits : CHU de Nimes / Inno3Med / Lions Clubs
youtube.com > Paro, le robot phoque thérapeutique

Titre : Paro, le robot émotionnel et "thérapeutique" qui aide à lutter contre l’anxiété des personnes âgées :
Lieu : La Villa du Tertre, maison de retraite EHPAD de St-Parres-aux-Tertres (Aube) – premier établissement français à avoir fait l’acquisition d’un tel robot –
Date : 2015 – Durée : 5'34"
youtube.com > Paro, le robot émotionnel et "thérapeutique" qui aide à lutter contre l’anxiété des personnes âgées

Titre : Un robot-phoque japonais pour aider les malades d’Alzheimer :
Lieu : Résidence Lamartine (Saint-Etienne 42)
Date : Avril 2015 – Durée : 2'22" Un robot-phoque japonais pour aider les malades d’Alzheimer

Liens :

Robots ménagers

Robot PR2

L'Université de Californie à Berkeley chercher à développer un robot prototype d'entretien ménager.

Dans cette vidéo de 2010, le robot PR2 plie des pièces de tissu qui ont été entassées en vrac :
youtube.com > Le robot PR2 plie des pièces de tissu

Dans cette vidéo de 2011, le robot PR2 analyse chaque chaussette, qu'il pose à plat sur chacune de leur face puis qu'il pose en volume devant lui, les apparie et les range dans un panier à linge :
youtube.com > Le robot PR2 range des chaussettes

Dans cette vidéo de 2014, le robot PR2 met du linge dans un panier, prend et déplace celui-ci, ouvre le tambour d'une machine à laver et y transfère un à un les vêtements du panier avant de refermer le tambour :
youtube.com > Le robot PR2 met du linge dans la machine à laver

Les développeurs du projet PR2 ont également programmé le robot PR2 pour jouer aux billard :
youtube.com > vidéo avec explications en anglais

Robots RoboBee

En cours de développement depuis plus de 10 ans par une équipe de l'Université Harvard (site officiel), le RoboBee est un insecte robotique autonome, volant en essaim.
RoboBee est le fruit d'avancées technologiques décisives pour la microrobotique, en particulier :

Malheureusement, le développement de RoboBee est actuellement freiné par deux obstacles qui l'obligent à être relié par un minuscule faisceau de câbles :

  • Le microprocesseur trop lourd doit être externalisé
  • Les batteries d'alimentation sont actuellement trop lourdes

Lorsque ces deux obstacles seront franchis, il sera possible de créer et commercialiser des essaims de robots nettoyeurs. En 2013, le designer Adrian Perez Zapata a présenté sa vision d'un robot volant nettoyeur "Mab" (en).

Présentation de RoboBee :
youtube.com > Présentation de RoboBee, le robot insecte volant

Robots de foires

Titan le robot

L'androïde Titan se contente de suivre un programme pour amuser l'auditoire.
Le voici en action en 2014 :
youtube.com > L'androïde Titan amuse le public dans une foire

RoboCup

La RoboCup est un tournoi international de robotique, dont l'un des buts attendus est d'arriver à créer une équipe de football robotisée capable de battre l'équipe de football "humaine" championne du monde d'ici 2050. 4 compétitions différentes sont organisées – la RoboCupSoccer, la RoboCupRescue, la RoboCupJunior et la RoboCup@Home –, dans différentes catégories.

Finale de la RoboCup Standard Platform League 2014 avec des robots Nao (Australie / Allemagne - 5/1) :
youtube.com > Finale de la RoboCup Standard Platform League 2014 Australie / Allemagne

Finale taille moyenne 2014 – Iran (Baset Teen-Size) / Allemagne (NimbRo) - 8/4 – :
youtube.com > Finale de la RoboCup 2014 taille moyenne Iran / Allemagne

Les enjeux de ces joutes sont énormes en terme d'image et de réputation. La vidéo promotionnelle RoboCup 2015, Hefei is waiting for you! de la ville de Hefei (Chine) qui accueillera le robocup de juillet 2015 cherche à nous convaincre que cette ville est un petit paradis sur Terre qui cumule culture, art, histoire, zénitude, science et technologies, sans oublier de montrer furtivement la devanture d'un magasin Carrefour…

Robots industriels

Je ne présente pas les robots industriels "classiques" qui ont débarqués en Europe dans les années 1980 mais les nouveaux robots industriels :

Robots Balyo

L'entreprise Balyo commercialise des robots de guidage pour chariots de manutention motorisés (Chariot élévateur). Ces robots rendent possible le remplacement des caristes pour les opérations courantes.
Concrètement, il s'agit d'un boitier appelé "MoveBox" qui une fois ajouté à un chariot électrique standard, lui permet de devenir un robot autonome. Contrairement à d'autres types de chariots élévateurs automatisés, le nouveau robot ainsi assemblé n'a pas besoin d'infrastructure au sol car la MoveBox se repère grâce à un système de reconnaissance d’image 3D :
youtube.com > Le robots autonome industriel Balyo

Micro-robots industriels

SRI International est un institut de recherche à but non lucratif situé dans la Silicon Valley. Cette organisation développe notamment des micro-robots pour l'industrie :
youtube.com > Micro-robots de SRI International

En savoir plus sur les microrobots :

Robots "collaboratifs" ("Cobots")

Selon Wikipedia :

La cobotique (ou robotique collaborative) est une branche émergente de la technologie qui vise à produire des robots assistant l'Homme, en automatisant une partie de ses tâches.

Le terme est un néologisme issu des mots "coopération" et "robotique". Il aurait été proposé en 1999 par Edward Colgate et Michael Peshkin, professeurs à la Northwestern University.

La cobotique se caractérise par l'interaction réelle, directe ou téléopérée, entre un opérateur humain et un système robotique.

Il s'agit d'une "robotique coopérative centrée utilisateur", coopérative, c'est-à-dire utilisant des systèmes de suppléance mécaniques pour travailler avec l’homme et l’aider dans les tâches ou des situations particulières (milieu industriel, milieu subaquatique ou hostile à l'Homme pour des raisons de température, pressions, sanitaires, de radioactivité, etc.). En ce sens, la cobotique est aussi un type de robotique parallèle.

Le mot cobot désigne une catégorie de robots (non-autonomes) "dédiés à la manipulation d’objets en collaboration avec un opérateur humain". Plus généralement, il peut s'agir d'un système automatisé impliqué dans des tâches ou relations cobotiques. Colgate et Peshkin le définissent comme "robot conçu pour une interaction directe avec un opérateur humain, dans un espace de travail partagé"3,2.

Ce "robot assistant" se différencie du robot principalement par le fait qu'il est dépourvu d'autonomie globale ("robot passif", passive device ou passive robot2) : il reste dépendant de l'intention, du geste ou du comportement de l'utilisateur. Certains cobots ont une certaine capacité d'apprentissage, pour maximiser la performance d'imitation, de substitution, de communication ou de robustesse à l'erreur (application active de cobots, active cobots applications).

La revue professionnelle jautomatise.com du groupe Cimax rapporte dans l'article "Les cobots débarquent !" (2015) que :

La notion de cobot fait débat. "Il n’y a pas de robot collaboratif mais des robots avec des fonctions collaboratives", note ainsi Mathieu Charles, dirigeant de MC Robotics. Certains parlent ainsi plutôt d’"applications collaboratives" mettant en œuvre des robots. Et même chez ceux qui reconnaissent le néologisme, il y a cobot et cobot. En effet, un robot collaboratif est tout aussi bien un robot qui travaille en présence de l’homme qu’un robot qui travaille avec l’homme, à son contact. Résultat, sous le même nom cohabitent des concepts relativement différents. Certains avancent aussi trois stades de collaborations : la cohabitation, la collaboration et l’interaction.

Travail : Mon collègue est un robot :
Dans ce petit reportage, France 2 présente le robot "collaboratif" Baxter. Fin 2016, ce robot se vend en France aux allentours de 26 000 euros sans son support, c'est-à-dire nettement moins cher qu'un robot industriel classique dépassant les 100 000 euros.

Durée : 3'18" – Date : 19/09/2016 – Réalisation : France 2 JT 20h
youtube.com > Travail : Mon collègue est un robot

Bien que l'application s'adresse aux mêmes clients que sont les entreprises industrielles, il semblerait que la définition du robot "collaboratif" soit assez différente selon les constructeurs. Il est légitime de penser que ce concept marketing plus ou moins stable et précis de "cobot" sera obsolète dans quelques années, lorsque les androïdes autonomes – également présentés comme de bienfaisants assistants – seront en concurrence directe avec les humains.

Pour le moment, ces robots "collaboratifs" sont en déploiement dans les usines, en particulier dans les moyennes entreprises qui ne disposent ni d'assez d'espace (de sécurité) pour implanter des robots industriels à haute vitesse de déplacement, ni d'assez de compétences en terme de ressource humaines. Quoi qu'il en soit, les vidéos de l'entreprise Rethink Robotics (en anglais) qui commercialise les robots Baxter et Sawyer sont éloquentes :

  • Les démonstrations de programmation de ces machines sont spectaculaires de simplicité : à l'instar de l'enregistreur de macro-commandes d'un traitement de texte, mais en plus concret. La programmation de ces robots ne nécessite aucune compétence particulière et devrait être accessible dés le niveau Certificat d'étude / BEPC. Il n'est donc pas nécessaire d'embaucher un agent de maîtrise diplômé en électronique ou en automatisme industriel. En cas d'absence de notice en français, un salarié débrouillard comprenant l'anglais technique devrait suffire…
  • Sur de nombreuses vidéos promotionnelles de l'entreprise Rethink Robotics, les robots travaillent seuls, certes, dans un environnement humains qui les approvisionne par exemple en matière première, mais chaque robot présenté remplace complètement un travailleur. Une vidéo promotionnelle présente même Baxter remplaçant une infirmière de bloc opératoire. Le concept de robot "collaboratif" est donc clairement une manoeuvre marketing pour arrondir les angles dans le cadre social du travail contemporain

Sur ce sujet voir également :

À propos des mots utilisés dans le mini-reportage de France 2 :
Dans ce reportable, les humains projettent des émotions sur le robot Baxter qui leur font adopter des positions erronées faces à ces machines :

  • "Alors il lève la main pour signaler à tous le monde qu'il y a un problème à régler"
  • "il est à mes côtés et il m'aide bien dans ce que je fais. On travaille vraiment en équipe"

Le psychiatre Serge Tisseron alerte depuis longtemps sur les dérives qui se profilent vis-à-vis des robots de compagnie ou de travail. Sur ce sujet, lire par exemple son article "Les robots meurent-ils ? Pour une réflexion éthique qui prenne en compte la fragilité des appréciations humaines".

Robots agriculteurs pour fermes classiques

Lely est une société de création et ventes de matériels agricoles. Datant de 2012, voici un reportage de France 3 Bretagne sur les robots de traite Lely :
youtube.com > Robots agriculteurs de la société Lely

La société DeLaval est une autre entreprise spécialisée dans les matériels agricoles.
La ferme du Gaec des Forges (140 vaches) à Cussey-lès-Forges dans les Côte d’Or est célèbre pour avoir été entièrement robotisée par la société DeLaval avec l'objectif de diminuer le stress des bovins au maximum :

Reportage JT de France 2 (2015) Reportage DeLaval (2014)
Robots agriculteurs de la société DeLaval Robots agriculteurs de la société DeLaval

Commentaire de la société DeLaval :

Le GAEC des Forges a investi dans un bâtiment totalement robotisé pour à la fois gagner en confort, en productivité et en performance. Les éleveurs ont fait l’acquisition de 2 robots de traite VMS DeLaval et un robot d’alimentation Optimat. Les éleveurs apprécient le logiciel Delpro car il synthétise l’ensemble des informations de l’élevage en termes de production, d’alimentation ou de santé animale.

Robots agriculteurs pour fermes industrielles

Mini-reportage sur une ferme industrielle allemande de 1200 vaches équipée par la société DeLaval : Ferme industrielle équipée par les robots de la société DeLaval Commentaire de la société DeLaval :

La ferme LAPROMA est équipée d’un roto robotisé AMR™ DeLaval. L’AMR est le 1er roto robotisé et permet d’augmenter la productivité de la main d’œuvre et diminuer les coûts de production. 5 bras robotisés assurent la préparation de la mamelle, la pose des gobelets automatiquement et peut effectuer jusqu’à 1500 traites par jour.

Robots viticulteurs

La société française Wall Ye commercialise des robots pour la taille de la vigne et d'autres travaux similaires.
Très peu de vidéo sont disponibles en français. Sur cette vidéo de 2012, le robot tailleur de vigne "V.I.N." était encore à l'état de prototype :
youtube.com > Le robot tailleur de vigne de la société Wall Ye

Une vidéo de la même année en espagnol montre le robot V.I.N. travaillant sous d'autres angles.

Robots liés à la sécurité civile

Robot e-Vigilante

La société Eos Innovation commercialise un robot vigile appelé "e-Vigilante". Dans son article "La robotique de service est au coin de la rue", le site paristechreview.com le décrit ainsi :

Le robot e-Vigilante développé par Eos Innovation est ainsi capable de faire des rondes dans le noir, de détecter grâce à ses capteurs le moindre signe suspect et de prévenir un responsable, qui pourra procéder à une "levée de doute" : il est alors possible de prendre la main à distance sur le robot grâce à la caméra et aux haut-parleurs intégrés. Là encore, le robot permet d’éviter de mettre en danger un humain, tout en améliorant la performance. L’enjeu est de réduire les coûts de surveillance tout en optimisant la sécurité à l’intérieur des sites surveillés. Le robot présente aussi des avantages par rapport aux caméras fixes, dont les malfrats savent repérer les angles morts. E-vigilante circule à une vitesse moyenne de 4 à 6 km/h, mais il peut faire des pointes à 10 km/h en cas de besoin. Il est petit (35 cm), mais si on essaie de l’attraper, une alarme stridente se déclenche et il émet des flashs aveuglants. Le modèle économique d’Eos Innovation est fondé sur la location-maintenance du matériel.

youtube.com > Le robot vigile E-vigilante

Essaim de drones volants autonomes

Le laboratoire de contrôle robotique aérospatial du département d'ingénierie aérospatiale de l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign a créé un essaims de robot volants dont l'algorithme de contrôle autonome est inspiré d'un travail précédent dans le contrôle distribué coopératif.
Ce type de robot permet à un seul opérateur de surveiller une plus grande surface au sol en ne pilotant qu'un seul drone situé au centre d'une flottille de drones secondaires qui l'accompagnent en observant le terrain.

SWARM Quadrotors (Aerial Robots): Coordinated Flight of Small Quadcoptors Interacting with Humans (2013) :
youtube.com > Essaims de drones volants semi-autonomes SWARM Quadrotors

En France, des étudiants de l'école Epitech développent un projet similaire baptisé M-CADOR.

Robots militaires

Voir également dans la section interviews et documentaires le paragraphe "Le problème des robots tueurs autonomes".

La Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) est l'organisation du département de la défense qui s'occupe du développement des technologies émergentes de la défense militaire des États-Unis d'Amérique.

La DARPA fut d'abord nommé Advanced Research Projects Agency (ARPA) (Agence de projets de recherche avancée) lorsqu'elle fut créée en 1958 par le président Dwight D. Eisenhower afin de concevoir et de mener à bien des projets de recherche et développement reculant les frontières de la technologie et de la science, – projets qui soient capables de dépasser largement les besoins militaires immédiats –. Cette administration répondait alors au lancement du Spoutnik 1 en 1957 et sa mission était d'assurer que la technologie militaire des États-Unis d'Amérique soit plus sophistiquée que celles de toute nation potentiellement ennemie.
L'ARPA fut renommée DARPA – avec le D de Défense – en 1972.
La DARPA est indépendante de toute autre recherche militaire conventionnelle et est directement subordonnée aux responsables du ministère de la défense américaine. Elle possède environ 240 personnes (dont environ 140 techniciens) qui utilisent directement leur enveloppe annuelle de 3 milliards de dollars.

La DARPA a initié en 2012 le "DARPA Robotics Challenge" (site officiel) qui est un programme sur 3 ans de concours annuels de réalisation de robots humanoïdes semi-autonomes de terrain, pouvant effectuer des tâches complexes dans un environnement modifié par l'humain, mais dégradé et dangereux.

La "DARPA Robotics Challenge" a attiré pas moins de 16 équipes d'entreprises de haute technologie, souvent liées à l'aérospatiale ou à l'industrie militaire.

Contrairement aux robots humanoïdes de compagnie présentés comme "intelligents" mais qui trichent par le biais d'une connexion internet au Cloud computing, une fois leurs objectifs programmés par l'homme, ces robots militaires sont totalement autonomes : ils ne peuvent compter que sur eux-même pour accomplir les tâches, en analysant l'environnement présent et en élaborant une stratégie d'action. Ce sont donc les robots humanoïdes les plus intelligents actuellement en fonction dans le monde, conçus à l'image de l'homme. Il reproduisent en effet la prouesse effectuée par l'Homme, cet animal qui par le fait d'être non spécialisé, à su s'adapter à tous les environnements de la planète, modifier celui-ci pour son confort, et dominer les autres animaux.

La final du concours s'est déroulée le 5 et 6 juin 2015 à Pomona en Californie.
Le robot gagnant est le DRC-Hubo de L'Institut supérieur coréen des sciences et technologies (KAIST).

Le concours s'est focalisé sur des scénarios de réponse urgente aux désastres. Le cahier des charges qui a été légèrement modifié était initialement le suivant :

  1. Conduire un véhicule utilitaire sur le site
  2. Parcourir un chemin chaotique à travers les décombres
  3. Éliminer des débris bloquant des entrée sur le chemin
  4. Ouvrir une porte et entrer dans un bâtiment
  5. Grimper une échelle industrielle et traverser une passerelle industrielle
  6. Utiliser un outil pour franchir un panneau de béton
  7. Localiser et fermer une vanne près d'une conduite qui fuit
  8. Relier une lance à incendie à une colonne d'alimentation et en ouvrir la vanne

DRC-Hubo

Le DRC-Hubo de L'Institut supérieur coréen des sciences et technologies (KAIST) est le robot autonome gagnant du grand concours tri-annuel "DARPA Robotics Challenge" qui s'est tenu le 5 et 6 juin 2015 à Pomona en Californie.

DRC-Hubo est donc actuellement l'un des robots humanoïdes les plus "intelligents" du monde.
Cette vidéo de 9'46" montre DRC-Hubo en action en laboratoire, puis sur le site volontairement hostile de Pomona. Ses capacités d'adaptations anatomiques, fonctionnelles et cognitives sont impressionnantes :
youtube.com > L'androïde soldat 100% autonome DRC-Hubo

Robots Boston Dynamics

Spécialisée dans le développement de robots d'intervention en milieux difficiles, la société Boston Dynamics (site officiel) est l'une des sociétés les plus avancées en robotique militaire basée sur le mimétisme animal et humain.

Robots insectimorphes de Boston Dynamics

2009: youtube.com > Robot insectimorphe rampant Rise, semi-autonome, escaladant les murs et les troncs d'arbres
Développé sous crédits de la DARPA, Rise est un gros insecte semi-autonome rampant à 6 pattes, mesurant 25 cm de long et pesant 2 kg. Sa vitesse maximale est de 1 km/h.

Robots quadrupèdes de Boston Dynamics
Robot manutentionnaires de Boston Dynamics
Atlas, le robot androïde soldat autonome de Boston Dynamics

Le robot Atlas (en) est tellement perfectionné qu'il pourrait sans-doute effectuer le travail d'un mineur de fond, délivrant ainsi l'humanité de l'un des travaux les plus difficiles du monde. À votre avis, à quoi ce robot originellement développé pour le "DARPA Robotics Challenge" à des fins de secours en milieux difficiles, va-t-il servir ? À extraire du minerai dans les mines généralement situées dans les pays pauvres, ou bien à faire la guerre ?

Caractéristiques d'Atlas : matériaux composés d'aluminium et de titane de qualité aéronautique, hauteur : 1,80 m, poids : 150 kg, 2 systèmes de vision simultané : par caméras stéréoscopiques et par télémètre laser. Capacité à arpenter des terrains rêches, de grimper en utilisant indépendamment ses jambes et ses bras, de marcher sur des terrains meubles et accidentés, de courir en sautant par dessus et sur les obstacles, et enfin d'effectuer un salto arrière.

2013: youtube.com > Prototype du robot Atlas marchant sur de gros cailloux et se tenant en équilibre sur une jambe malgré des poussées latérales inopinées

2016: youtube.com > Atlas marchand sur un terrain accidenté enneigé, puis de retour à l'intérieur, s'accroupissant, soulevant et rangeant des charges de 4,5Kg dans une étagère, retrouvant son équilibre après avoir été frappé frontalement par un humain malveillant, se relevant facilement après un violent coup assené par derrière, puis ouvrant une porte et sortant dehors

2017: youtube.com > Robot de série Atlas sautant à pieds joints entre et dessus des blocs de hauteurs différentes, effectuant un saut demi-tour, puis effectuant un salto arrière

2018: youtube.com > Robot de série Atlas courant en sautant par dessus un tronc puis de blocs en blocs sans s'arrêter (sauts sur les blocs avec un seul pieds)

Anciens robots quadrupèdes développés par Boston Dynamics
  • Legged Squad Support System (LS3) (en) (Système support de brigade sur jambes) : Cheval militaire autonome successeur du BigDog, compatibles avec les environnements climatiques extrêmes chaud, froid, humides et sales.
    Depuis l'exercice militaire RIMPAC de juillet 2014, le LS3 a été intégré au 3e bataillon du 3e régiment de Marines des États-Unis d'Amérique. Étant donné le bruit provoqué par le robot, il est plus utilisé comme un outil logistique que comme un outil tactique.
    Caractéristiques : capable de porter jusqu'à 180 kg, de "marcher" jusqu'à 32 Km, pendant 24 heures, de suivre un leader d'après reconnaissance optique stéréoscopique.
    Le LS3 est développé sur des crédits de la DARPA et du corps des marines des États-Unis d'Amérique
    2012: youtube.com > LS3 - Legged Squad Support System
  • BigDog : mulet autonome destiné à accompagner les soldats pour le transport de matériel ou pour mener des opérations d'observation. Ses quatre pattes lui permettent de se mouvoir sur un sol impraticable aux engins et robots équipés de roues.
    Mensurations : longueur : 91 cm, hauteur : 76 cm ; poids : 110 kg
    Caractéristiques : capable de traverser un terrain difficile à 6,4 km/h, de porter un chargement de 150 kg, de grimper des pentes de 35°. Autonomie de vingt kilomètres. Capacité de se mouvoir dans des terrains enneigés ou verglacés et de se rétablir après avoir été violemment poussé sur le côté. Développé sur crédits de la DARPA
  • Cheetah : robot quadrupède galopant jusqu'à 45 km/h. Cheetah et son cousin WildCat sont développés sous crédits de la DARPA
    2012: youtube.com > Cheetah courant un peu plus vite que Usain Bolt
  • WildCat (chat sauvage) : robot quadrupède à moteur thermique.
    2013: youtube.com > Présentation de WildCat
Anciens robots bipèdes développés par Boston Dynamics
  • PETMAN (Protection Ensemble Test Mannequin) : androïde de test d'ensemble de protection militaire chimique. Les mouvements à grande amplitude effectués par l'androïde permettent de soumettre les combinaisons de protection à des "stress test" performants.
    L'androïde PETMAN a servi de point de départ pour développer l'androïde Atlas
    2011: youtube.com > Petman marchand sur un tapis roulant
Autres robots d'intervention en milieux difficiles de Boston Dynamics
  • Rhex : petit robot rampant à 6 pattes, extrêmement discret, servant d'exploration sur terrains très difficiles y compris sous-marins, capable de supporter et de déposer une charge
    2012. youtube.com > Rhex, le robot de terrain rêche
  • Sand Flea (puce des sables) : petit robot très discret, à roulettes, équipé d'une caméra, pesant 4,9 kg et étant capable de sauter 25 fois en hauteur jusqu'à 8 mètres sans avoir besoin de se recharger. La "US Army’s Rapid Equipping Force (REF)" (en) a succédé à la DARPA pour financer son développement
    2012: youtube.com > Présentation de Sand Flea

Robosimian du Jet Propulsion Laboratory

Le Robosimian de la Jet Propulsion Laboratory de la NASA est un robot semi-autonome participant au "DARPA Robotics Challenge".
Le voici en action en 2015 :
youtube.com > Le robot militaire autonome Robosimian du Jet Propulsion Laboratory

Ce robot aurait sans-doute été très utile en 2011 dans la Centrale nucléaire de Fukushima Daiichi

Androïde SAFFiR

SAFFiR (Shipboard Autonomous FireFighting Robot) est un androïde autonome pompier que la marine américaine a commandé à l'Institut polytechnique de Virginie (Virginia Tech) :
youtube.com > L'androïde soldat du feu autonome SAFFIR

Drone GuardBot

Ce drone tout terrain non autonome est utilisé par la marine des USA :

Le GuardBot est un robot de surveillance amphibie développé par la société "American Unmanned Systems". Le système est basé sur une boule en caoutchouc rotative et peut être contrôlé à distance par un opérateur. Il peut éventuellement être programmé pour naviguer automatiquement par GPS.
GuardBot dispose de deux emplacements de charge qui peuvent embarquer divers capteurs afin d'inclure par exemple la vidéo, la vision nocturne, un spectroscope laser pour la détection d'explosifs, la surveillance audio et radio. Le système bénéficie d'une autonomie de quatre à six heures et peut fonctionner sur l'herbe, la neige, la boue, le sable et l'eau.
Une démonstration du système au corps des marines des États-Unis d'Amérique s'est déroulée en 2012 à Quantico, VA. En janvier 2014, GuardBot a été déployé avec succès déployé depuis une embarcation à la base navale amphibie de Little Creek en Virginie.

youtube.com > Le robot de surveillance militaire GuardBot

Essaim de drones militaires navals autonomes

L'armée américaine intègre dans chaque bateau sans pilote un ordinateur de commande, équipé du logiciel CARACaS (Control Architecture for Robotic Agent Command and Sensing) qui est basée sur la technologie issue du lander martien de la NASA. La vidéo de démonstration et d'explication en anglais est disponible sur la chaîne Youtube de US Navy Research.

À lire sur ce sujet : article "Caracas – Les futurs drones de la Navy Américaine". 07/10/2014, drone-trend.fr

Essaim de drones militaires aériens autonomes

Expérimentation en phase terminale pour utilisation opérationnelle dés 2016 :

Le véhicule aérien sans pilote LOCUST est un prototype lancé depuis un tube lui-même situé sur un drone aérien. Il rendra possible le lancement d'essaims multiples de drones aériens, afin d'écraser l'adversaire de façon autonome.

youtube.com > Explication du robot militaire aérien sans pilote LOCUST

Robots chirurgiens

Les robots de MedTech

MedTech est une entreprise d'ingénierie cybernétique médicale créée en 2002 par l'ingénieur français Bertin Nahum. En 2009 et en 2011, MedTech créée deux modèles de robots ROSA d'assistance à la chirurgie, respectivement Rosa Brain pour les opérations du cerveau, et Rosa Spine pour l'opération de la colonne vertébrale :
youtube.com > Présentation des robots chirurgiens Rosa Brain et Rosa Spine

Nanorobots

D'après Wikipedia :

Un nanorobot ou nanites est un robot dont les composants sont à une échelle nanométrique (10−9 mètres), fabriqué grâce aux nanotechnologies émergentes.
Une autre définition serait un robot capable d'interactions précises avec des objets microscopiques, ou capable d'effectuer des manipulations à l'échelle naine. De tels appareils appartiennent plutôt à la microscopie ou microscopie à sonde locale. Par conséquent, même un grand appareil, tel qu'un microscope à force atomique peut se considérer comme un outil nanorobotique lorsqu'il est configuré à effectuer des manipulations à l'échelle naine. Également, on peut ajouter à cette catégorie des robots de grande taille capables quand-même de bouger avec une telle précision.

La revue britannique New Scientist, dans son numéro du 28 février 2004, a annoncé (en) que le chercheur américain Carlos Montemagno et ses collègues de l’université de Californie (Los Angeles) ont mis au point un nanorobot animé à partir d’un muscle cardiaque de rat (publication scientifique). Cette "machine", constituée d'un fil de silicium en arc de voûte au-dessous duquel sont attachées les fibres cardiaques, n'est pas plus épaisse qu’un cheveu humain. Ce nanorobot a pu ramper à une vitesse de l'ordre de 40 micromètres par seconde grâce au glucose, source d'énergie du muscle. En pliant et dépliant la voûte, la contraction et le relâchement des fibres musculaires permettent ainsi le mouvement.

Nano robots Google X Lab

Fer de lance du projet transhumaniste de la multinationale éponyme, le laboratoire Google X recherche et développe des nano-technologies pour lutter contre les maladies et le vieillissement humain.
En particulier, il expérimente des nanorobots dont voici une des seules ressources en français sur le web :
youtube.com > Les nano-robots de Google X Lab

Robots mous : quadrupèdes, vers, blobs

Il existe très peu de vidéos en français sur ce sujet.
Définition et explications des robots mous de types quadrupèdes, vers (dont les robots reptiles) et les blobs (inspirés des poissons blobs) sont à consulter dans le dossier documenté "Les robots mous : quadrupèdes, vers, blobs" de la revue en ligne humanoides.fr.

Voici une vidéo expliquant le fonctionnement des micro-actionneurs (en) et des premiers robots mous créés en 1989 au Japon :
youtube.com > Explication des micro-actionneurs et des premiers robots mous

Voici deux robots mollusques de type céphalopode en silicone développés par l'Université Harvard sous financement militaire de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) dans le cadre du programme "Maximum Mobility and Manipulation" (en) :

Robots origamis

Robots origamis d'auto-assemblage

Le but recherché par le développement de robots origamis est de créer des produits qui se montent tout seul chez le consommateur, afin de supprimer la main d’œuvre d'assemblage en usine.

Oribotics

Créé par l'artiste australien Matthew Gardiner, Oribotics est une lampe-robot origami qui interagit avec tout humain se déplaçant devant lui.

Matthew Gardiner explique sa démarche :

Oribotics est un domaine de la recherche qui s'appuie sur l'esthétique, la biomécanique et sur les rapports morphologiques entre la nature, l'origami et la robotique. Au niveau le plus abouti, le projet Oribotics évolue vers l'avenir des matériaux auto-pliants. Dans la recherche actuelle, l'intérêt est focalisé sur l'actionnement de matières pliables programmées comme le papier et les tissus synthétiques. La conception de modèles de pli – l'arrangement précis de plis montagnes et de plis vallées, et comment ils plient et se déplient – informe directement la conception mécanique, en sorte qu'un domaine clé de la recherche actuelle est la découverte de modèles qui ont des expressions complexes pouvant être actionnées en permanence.

Voici une vidéo rétrospective de l'exposition Oribotics 2010 au Centre d'art contemporain Linden de Melbourne :
youtube.com > Présentation des robots Oribotics

Robots humanoïdes à construire soi-même

À l'instar des imprimantes 3D, des communautés de makers se développent pour créer des robots open source

Poppy

Ce petit robot androïde a été développé par Matthieu Lapeyre et l'équipe Flowers de l'INRIA sous la direction de Pierre-Yves Oudeyer (en) :

Poppy est un robot open source imprimé en 3D pour la science, l'enseignement et l'art. Il a été construit pour étudier l'impact du corps sur le développement sensorimoteur et sur la cognition : il rend vraiment possible de considérer le corps comme une variable expérimentale.

En savoir plus avec des informations techniques (PDF) à propos du projet Poppy

Poppy est un projet open source : son site poppy-project.org explique comment construire soi-même son robot humanoïde au moyen d'une imprimante 3D.

Voici une brève présentation de Poppy par l'INRIA en 2014 : Présentation du robot Poppy

Mini documentaire réalisé par Claire Sémavoine en 2014 "Le robot Poppy danse au lycée Sainte-Famille Saintonge" :

Darwin OP 2.0

DARwIn-OP est un robot open source créé par la société coréenne Robotis, mesurant 45 cm de haut, et vendu plus de 8 000 € sur robotis.fr.

Vidéo promotionnelle dans le cadre du salon Robot World 2014 de Séoul :
youtube.com > Démonstration de l'androïde Darwin OP

Darwin monte une échelle inclinée :
youtube.com > L'androïde Darwin OP monte une échelle inclinée

Darwin fait du ski :
youtube.com > L'androïde Darwin OP fait du ski

Comme le projet est open source, le web regorge de prouesses du petit robots : Darwin sorti de son carton d'emballage, Darwin fait ses premiers pas, Darwin va chercher la baballe, Darwin suit les chaussures rouges… Bref, bien des exploits passionnants et marquants pour l'histoire de la science.
Cependant des professionnels utilisent ce robots ou ses semblables dans des projets plus élaborés et moins médiatisés : auprès des enfants, des personnes handicapées cognitives, pour accompagner la prière, etc. (cf. paragraphe presse ci-dessous).

Zeno R25

Créé par la société texane Robokind, Zeno R25 est un petit robot humanoïde avancé à un prix moins cher que ses concurrents (2699 $).

Le Zeno R25 est capable de soutenir des conversations avec son utilisateur, de manière fluide et réaliste, de montrer des expressions faciales telles qu’un sourire, un clin d’oeil, un froncement de sourcils et des émotions (étonnement, surprise, joie) et de marcher. Le Zeno R25 pourra également servir dans l’apprentissage d’une nouvelle langue (chinois, anglais, français par exemple). Des applications pour l’éducation d’enfants autistes est également prévue.

Vidéo promotionnelle de 2013 :
youtube.com > L'androïde Zeno R25

Androïdes virtuels

À une époque où certains humains trouvent normal de vivre et de se rencontrer par avatars informatiques interposés dans des sous-mondes virtuels appartenant à des programmes informatiques comme "Second Life", quoi de plus banal qu'un androïde 100% virtuel qui interragit avec la vie réelle grâce à une voix synthétique et un hologramme :

Hatsune Miku - Androïde star de J-pop music 100% virtuelle

En 2007 grâce au logiciel de synthèse vocale Vocaloid de la société Yamaha, la société japonaise Crypton Future Media a créé la première chanteuse virtuelle nommée Hatsune Miku : sexe féminin, cheveux turquoises, 16 ans, 42 kg, 1,58 m et voix synthétisée à partir de celle de l'actrice humaine Saki Fujita. Miku signifie "futur", Hatsu signifie "premier" et Ne signifie "son", d'où son nom Hatsune Miku : "Premier son du futur".

En 2009, Hatsune Miku donna son premier concert grâce à la technique holographique. N'importe qui peut créer une chanson de Hatsune Miku s'il a acheté les logiciels appropriés. Hatsune Miku chante sur plus de 1500 albums et étant devenue un produit très lucratif de l'industrie musicale mondiale, elle fait parfois les premières parties de concert de stars humaines américaines.

Concert 39 Giving Day (2012) :
youtube.com > La chanteuse androïde virtuelle Hatsune Miku donne un concert réel

Les chatbots ou robots virtuels de conversation

Les chatbots sont des agents de conversation virtuels programmés pour interagir avec l'homme. Sur le web, ils sont capables de répondre à des questions types par reconnaissance linguistique. Mais l'intelligence artificielle va plus loin ! Aujourd'hui, des algorithmes sont capables de déchiffrer le langage non verbal, ou de tester l'homme dans des situations très complexes. A quand des robots doués d'émotions ?

Chatbot : dans la tête des robots virtuels
Date : 12/09/2015 – Durée : 14'20" – Réalisation : ARTE Future Mag
youtube.com > Utilisation des robots virtuels de conversation

Robots sans application immédiate

Robots modulaires auto-reconfigurants

Un "Self-reconfiguring modular robot" (en) est un robot autonome polymorphe composé d'articulations élémentaires détachables et rattachables à l'infini.
Il n'y a pour l'instant aucune application trouvée à ce genre de robot, bien que plus d'une trentaine de projets dans le monde y soit consacrés. L'éventualité d'une utilisation pour l'exploration spatiale est une hypothèse lointaine.

Voici une vidéo de 2008 présentant le robot modulaire auto-reconfigurant MTRAN 3 de la société japonaise Satoshi Murata. Cette société essaie d'appliquer les propriétés d'organisation et d'adaptation constante du vivant (cellule, ADN, etc.) à la robotique :
youtube.com > Le robot inutile mais auto-reconfigurant MTRAN 3

Interviews, débats et documentaires

Intelligence artificielle : faut il tout arrêter ?

Près de 700 chercheurs à travers le monde s'alarment des robots intelligents et des progrès de l'intelligence artificielle. Faut-il tout arrêter ? Pour en parler, Frédéric Taddeï accueille sur le plateau Alain Damasio, écrivain, Jean-Gabriel Ganascia, philosophe et cogniticien, Laurence Devillers, chercheuse au CNRS, spécialiste de robotique, Serge Tisseron, psychiatre, Alain Bensoussan, avocat, fondateur de l'association du droit des robots, et Laurent Alexandre, chef d'entreprise, Alexei Grinbaum, Marianne Durano.

Date : 11/03/2016 – Durée : 1h31 – Réalisation : France 2 – Ce soir (ou jamais !)
youtube.com > Ce soir (ou jamais !) - Intelligence artificielle : faut il tout arrêter ?

Nos collègues, les robots

Le remplacement des salariés par des robots aussi souples, au-moins aussi précis, et surtout plus performants, est en marche. Le monde du travail – col bleus et col blancs – traverse une période d'hyper-chômage de masse qui n'épargnera pas non plus ceux qui se croient trop qualifiés pour être remerciés (Cf. les robots-chirurgiens).

Date : 2015 – Durée : 1h27 – Réalisation : Klaus Martens
youtube.com > Nos collègues, les robots

Sur ce sujet lire également :

Le problème des robots tueurs autonomes

Un robot doté d'une intelligence artificielle peut-il être légalement considéré comme responsable de ses actes ?
Cette question posée par la série d'anticipation "Real Humans" est devenu un véritable problème contemporain…

Suite à une campagne lancée en 2012 par Human Rights Watch, le 27/07/2015, plus d’un millier de personnalités – dont une majorité de chercheurs en intelligence artificielle et en robotique – ont réclamé l’interdiction des armes autonomes, capables "de sélectionner et de combattre des cibles sans intervention humaine". Cet appel précise que "les armes autonomes ont été décrites comme la troisième révolution dans les techniques de guerre, après la poudre à canon et les armes nucléaires".

En effet, la concurrence inter-étatique à l'armement menace le monde entier d'une prolifération des robots tueurs autonomes, prolifération d'autant plus rapide – en comparaison des armes nucléaires – que ces technologies sont faciles à mettre en œuvre, non régulées et banalisées, comme l'atteste les armes robotiques suivantes actuellement déployées et quasiment voire totalement autonomes :

  • Systèmes d'arme rapprochés ou Close-In Weapon System (CIWS) (en)
    (systèmes de défense anti-missile anti-navire) :
    • Le A-213-Vympel-A russe composé du AK-630 piloté par le contrôleur radar MR-123-02 et le pisteur électro-optique SP-521
    • Le Goalkeeper développé par Thales pour les Pays-Bas
    • Le vieux RIM-116 Rolling Airframe Missile équipé du radar et des systèmes optroniques du Phalanx ainsi que du lanceur RAM à 11 cellules : cet assemblage surnommé "SeaRAM" est notamment utilisé par les USA, l'Allemagne, la Corée du Sud, l'Égypte, les Émirats arabes unis, la Grèce, le Japon et la Turquie
    • Une probable version améliorée du Type 730 chinois
  • Drones de combat complétement autonomes :
    • Le Taranis anglais, actuellement en période d'expérimentation
  • Systèmes de défense anti-aérienne :
    • Le Dôme de fer israëlien, composé d'un radar tridimensionnel à balayage électronique de détection et de pistage Elta ELM-2084, d'un ordinateur de gestion de bataille et d'armement (BMC : Battle Management & Weapon Control) et de 3 batteries de missiles sol-air composées de lance-missiles intercepteurs Tamir équipé de capteurs électro-optiques et de huit ailerons de direction permettant une haute maniabilité

Robots Tueurs : Les Inquiétudes Des Spécialistes
Date : 29/07/2015 – Durée : 2'13" – Réalisation : Arte Journal
youtube.com > Robots Tueurs : Les Inquiétudes Des Spécialistes

"Avantages" des robots tueurs autonomes

  • Rapidité d'action
  • Économie en moyens humains :

Inconvénients des robots tueurs autonomes

  • Dilution extrême des responsabilités et non responsabilité juridique des robots :
    • Absence de justice pour les victimes
    • Absence de dissuasion de futurs crimes
    • Impunité totale des actes des robots et de leurs commanditaires
  • Dévalorisation de la vie humaine :
    • Les mises à mort arbitraires et leurs banalisations transformeront notre perception du monde
    • Les déclarations de guerre n'engageant que des troupes robotisées seront plus faciles et plus fréquentes
  • Risque élevé de faux positifs conduisant à la mort d'innocents
  • Risque d'un rejet majeur de l'intelligence artificielle par le public
  • Risque élevé que les armes robotiques autonomes capturées soient revendues au marché noir et achetées par des terroristes et des dictateurs

Appel international contre les robots tueurs autonomes

Euronews Fr Human Rights Watch sous-titré
1'17" - 13/05/2014 3'24" - 11/2012
Euronews : Le rôle des robots tueurs débattu à l'ONU Human Rights Watch - Armes autonomes : Halte aux "robots tueurs"

Robots tueurs pour une guerre "plus facile"

En 2009, le site video.blog.lemonde.fr a publié une vidéo visionnaire de 4'42'' :
Robots tueurs pour une guerre "plus facile" : Robots tueurs pour une guerre "plus facile" (2009)

Débats sur les robots tueurs autonomes

Débat sur les robots tueurs autonomes par le quotidien belge Le Soir (29/07/2015, durée : 11'20") :
Débat : il y a urgence à mettre un cadre légal à l'utilisation des robots tueurs

Autres Ressources sur ce sujet :

Le Jour où mon robot m'aimera

Le psychiatre psychanalyste Serge Tisseron, spécialiste des images et des médias (site officiel), a publié en 2015 un livre intitulé "Le Jour où mon robot m'aimera" :

Ils sont déjà parmi nous mais nous ne les voyons pas. Ce sont tous nos objets connectés qui détectent nos réactions, s’adaptent à nous, et parfois même orientent nos choix à notre insu. Bientôt, certains d’entre eux auront une apparence humaine, déchiffreront nos émotions, nous parleront, et pourront même nous manifester de l’affection, voire de l’amour. Ce sera "pour de faux" ? Et alors ? Il suffira de l’oublier pour être heureux.

Mais avons-nous envie de ce bonheur-là ? Comment réagirons-nous au fait de nous savoir surveillés en permanence ? Et que deviendra la relation de l’homme à ses semblables lorsque nous serons entourés de créatures humanoïdes programmées pour tout savoir de nous et anticiper nos désirs même les plus secrets ?

Ce n’est pas de la science-fiction : il est urgent d’y réfléchir et de préparer nos enfants au monde de demain.

Ci-dessous, Serge Tisseron est interviewé par François Angelier sur ce sujet des robots :
Date : 2015 – Durée : 8'29" – Réalisation : Albin Michel
youtube.com > interview de Serge Tisseron pour son livre Le Jour où mon robot m'aimera

Lire également sur son blog les réflexions très profondes de Serge Tisseron sur l'interaction entre les robots et les hommes (cf. liens ci-dessous).

Les robots vont-ils nous voler nos boulots ?

Magazine économique L'Angle éco de François Lenglet
Date : 08/06/2015 – Réalisation : France 2
Les robots vont-ils nous voler nos boulots ?

"Pour des raisons liées aux droits de rediffusion, cette émission n'est plus disponible."

Page officielle de l'émission

Sur le sujet connexe de la société numérique, voir L'Angle éco du 27/10/2016 : Le travail, c'est fini !

Page officielle de l'émission

Faut-il interdire les combats de robots ?

En avril 2016 est sorti le livre collectif "En compagnie des robots" (éd. Premier Parallèle) dans lequel Jean Gabriel Ganascia a écrit le texte "Faut-il interdire les combats de robots ?" qui a été reproduit sur le site rue89.nouvelobs.com

Jean Gabriel Ganascia est professeur d’informatique spécialisé en intelligence artificielle, en sciences cognitives et en philosophie computationnelle, et fermement opposé aux combats de robots.

Voici un exemple de combat entre deux robots radio-commandés qui rappelle les combats de catch :
Date : 08/06/2016 – Durée : 3'29" – Réalisation : ABC Television Network
youtube.com > Blacksmith vs. Minotaur - BattleBots

Pour se faire une idée plus globale de ce type de compétition, on peut consulter sur le site rue89.nouvelobs.com, l'article de Jean Gabriel Ganascia précédemment cité. On y voit :

  • Une vidéo plus gentille mettant en oeuvre 2 petits robots humanoïdes boxeurs dans la tradition des sports de combat japonnais
  • Une vidéo d'un combat ultra-violent faisant intervenir une floppée de robots adversaires sur le même ring dans une ambiance pyrotechnique qui rappelle les luttes à mort des gladiateurs des arènes romaines

Comment vivre avec les robots

Date : 2012 – Durée : 48'20" – Réalisation : Elodie Fertil :
youtube.com > Documentaire Comment vivre avec les robots ?

Robo Sapiens Les robots peuvent ils remplacer les humains ?

Les robots nous facilitent la vie, nous font la conversation et, depuis peu, sont également capables de ressentir de l'empathie. Mais jusqu'où iront-ils ? Peuvent-ils remplacer des humains ? X:enius explique ce qui se cache derrière le terme de Robo Sapiens et la relation entre robots et humains. Pour répondre à ces questions, les présentateurs de X:enius, Emilie Langlade et Adrian Pflug, se rendent au département Human Centered Multimedia de l'Université d'Augsbourg. Ils y font la connaissance d'Alice, femme-robot, résultat d'un projet unique en Allemagne. Elle est capable de reconnaître l'humeur d'une personne à ses expressions et au ton de sa voix, ainsi que de réagir au cours d'une conversation selon les émotions. Au Japon, le chercheur Hiroshi Ishiguro a mis au point un robot qui ressemble à s'y méprendre à un humain. Jusqu'à quel point la ressemblance entre robots et humains est-elle acceptable ? En revanche, aucune chance de confondre le robot thérapeutique Paro avec un humain…

Date : 2013 – Durée : 25'53" – Réalisation ARTE X:enius
youtube.com > Robo Sapiens Les robots peuvent ils remplacer les humains ?

Intelligence artificielle : Catherine Dufour répond à Nick Bostrom

Réflexions sur l'intelligence artificielle par le philosophe scientifique Nick Bostrom – auteur de "Superintelligence: paths, dangers, strategies" et cofondateur de l'association transhumaniste Humanity+ –, et réponses de la romancière informaticienne Catherine DufourGrand prix de l'Imaginaire 2007 et 2008 – :
youtube.com > La romancière informaticienne Catherine Dufour répond au transhumaniste Nick Bostrom

Pierre-Yves Oudeyer : Où vont les robots ? Les défis de la robotique personnelle au 21ème siècle

"Où vont les robots?", Journée "Des robots et des hommes", Cité des Sciences et de l'Industrie, 2010 (Vulgarisation / Médiation scientifique).

Conférence débat en français par Pierre-Yves Oudeyer (en) de 1h01'35" :
youtube.com > Conférence de Pierre-Yves Oudeyer sur les robots

Plan de la présentation :
Introduction
A. LE DEVELOPPEMENT DES ROBOTS - BREF RAPPELS HISTORIQUES

1. La préhistoire technique de la robotique
2. Les premiers vrais robots et l'invention de l'ordinateur
3. Robo Industrialus
4. Robo Exploratius
5. Robo Mobilis
6. Robo Domesticus Servicius
7. Robo Domesticus Socialus
8. Impact sociétal et économique futur
9. La disparition future de la distinction entre l'humain et la machine : la singularité
10. L'éthique et l'intégration des robots dans la société future

B. LA FICTION, LES DEFIS, LE PROGRES

1. Les défis à relever :
- communication avec les robots
- pertinence de la conduite
- robustesse
- apprentissage

Les domaines de recherche en développement :
- intelligence artificielle
- robotique
- programme simulant la pensée de l'enfant

C. LES ROBOTS CAPABLES D'APPRENDRE

1. L'apprentissage de mots et de sens nouveaux
2. Le partage de l'attention
3. L'apprentissage de savoirs-faire moteurs :
4. procédures par imitation-démonstration
5. exploration spontanée des interactions avec l'environnement physique

6. Conclusion : la science est très très loin derrière la fiction…

LES QUESTIONS DU PUBLIC
avec Jean-Claude Heudin et Pierre-Yves Oudeyer

L'apprentissage d'un robot peut-il être récupéré et transmis à un autre robot ?
Pouvez-vous donner une caractéristique de l'intelligence ?
Une imitation de l'affectif est-elle possible ?
Quelle est l'origine et la signification du mot robot ?
Quel est l'état de l'art des interfaces entre l'électronique et les cellules ?
La robotique est-elle un phénomène de mode ou un besoin réel ?

Les premiers humanoïdes au cinéma et à la TV

Les vidéos ci-dessous sont présentées de façon chronologique afin de mieux refléter l'évolution de la perception des androïdes au cinéma et à la télévision. Cette liste non exhaustive n'est qu'un moyen d'éclairer l'évolution des interrogations sur les rapports entre l'Homme et la machine intelligente.

1956 - Planète interdite

Robby le robot est l'un des tous premiers robots apparus au cinéma et réutilisés dans de nombreux films et séries.
Synopsis du film Planète interdite : en 2257, le croiseur spatial C-57-D du commandant Adams se pose sur la planète Altaïr 4 pour secourir le Bellérophon, un vaisseau d'exploration dont l'équipage n'a plus donné signe de vie depuis dix-neuf ans. Sur place, l'équipage ne découvre que deux survivants : le docteur Morbius et sa fille Altaïra, assistés de Robby le robot. Ceux-ci lui apprennent qu'une mystérieuse force invisible a tué un à un tous les membres de l'expédition et que la planète recèle les derniers vestiges d’une civilisation hautement évoluée et disparue, les Krells…

youtube.com > Robby le robot

1959 - "The twilight zone" (La Quatrième Dimension)

L'épisode 7 "The Lonely" (Le Solitaire) de la première saison de la série "The Twilight Zone" (traduction correcte : "Entre chien et loup") créée par le scénariste Rod Serling est un des tous premiers robots montrés dans une série télé, sous les traits d'une femme, Alicia. Son rôle est de rendre moins désagréable la punition d'un criminel, condamné à vivre isolé du reste du monde sur un astéroïde pendant 50 ans.
Le film a été retiré de Youtube pour des raisons de droits d'auteur.

1973 - Série "L'homme qui valait trois milliards" et 1976 - "Super Jaimie"

Synopsis de la série TV "L'Homme qui valait trois milliards : suite à un accident, le colonel de l'aéronautique Steve Austin se voit greffé un bras, deux jambes et un œil "bioniques" et devient agent secret.
Synopsis de la série TV spin-off "Super Jaimie" : suite à un accident, la championne de tennis8) Jaimie Sommers – et ex-compagne du colonel Steve Austin – se voit greffer un bras, deux jambes et une oreille "bioniques" et devient agent secret.
youtube.com > L'homme qui valait trois milliards
youtube.com > Super Jaimie

1976 - Série "Holmes & Yo-Yo"

Synopsis de la série : l'inspecteur de police Alexander Holmes se voit nommé un nouvel associé Yoyo – surnom de Gregory Yoyonivich – : celui-ci est un robot androïde, mais cela doit rester top secret.
dailymotion.com > Holmes & Yo-Yo

Cette série policière avec un binôme androïde a été la source de plusieurs séries dérivées (spin-off) dont :

Les humanoïdes crédibles au cinéma et à la TV

Les films qui sortent trop du cadre scientifique ne sont pas mentionnés ci-dessous. En particulier les films d'action du type Terminator et les films d'Héroic fantasy opposant les forces du bien aux forces du mal avec des humains aux pouvoirs surnaturels. Dans cette dernière catégorie, la fable épique Star wars ne semble pas pertinente vis-à-vis des humanoïdes, mais elle a suscité sur une réflexion pertinente de Serge Tisseron dans son article "L’erreur de Starwars : un robot isolé, ça n’existe pas" (16/12/2015).

À la fin du XXe siècle, les androïdes présentés au cinéma commencent à devenir crédibles parce qu'ils sont cohérents tant avec le scénario qu'avec les costumes portés par les acteurs et l'environnement technologique du quotidien. La farce Star Wars 1977 semble bien loin9) et le réalisme des androïdes interpellent d'autant plus le spectateur sur l'évolution possible des rapports entre l'Homme et la Machine.

1982 - Blade Runner

Blade Runner est un film d'action et d'effets spéciaux pauvrement et superficiellement adapté du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? écrit par Philip K. Dick en 1968.

Le film se déroule 37 ans dans le futur, en 2019 à Los Angeles.
L'action du roman se déroule 24 ans dans le futur, en l'an 1992 à San Francisco.

Rick Deckard est un policier tueur d'élite. En tant que blade runner, son rôle est de détecter les androïdes et de les "réformer".

Dans le livre comme dans le film, Rick Deckard doit trouver et "réformer" six androïdes de dernière génération Nexus-6 qui ont fui la colonie martienne où ils ont été créés par la multinationale Rosen. Le test d'empathie Voight-Kampff permet de détecter si un individu est humain ou androïde mais la dernière génération d'androïdes Nexus-6 se montre difficile à évaluer.

Le film fait abstraction du contexte social et sociétal dans lequel vit Rick Deckard et le transforme en archétype du héro musclé à la psychologie simpliste.

À propos du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?

Ce roman écrit par Philip K. Dick et publié en 1968 est extrêmement important dans l'histoire de la science fiction.

Dans le roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, Rick Deckard est un enquêteur cérébral et perspicace, n°2 du groupe des blade runners, et envieux vis-à-vis du n°1 Dave Holden qui vient de se faire grièvement blesser par un Nexus 6. Flic de la classe moyenne plein de contradictions, Rick Deckard est angoissé et rongé par le désir de posséder un animal naturel qui pourra, le croit-il, lui faire se sentir appartenir à l'élite sociale.

À cause de la dernière guerre nucléaire et des retombées radioactives qui perdurent dans un ciel gris de poussières, les animaux naturels – c'est-à-dire les animaux non robotisés – sont extrêmement rares, et leur possession constitue en effet l'apanage des gens riches. La plupart des humains ayant choisis d'émigrer sur Mars, les terriens restant comme Rick et sa femme Iran, habitent des immeubles à moitié voire totalement vides. Se sentant atrocement seuls, ces terriens ont développé de fortes dépendances à l'égard :

  • Du show TV de "l'ami Buster"
  • De la boîte à empathie qui leur permet de fusionner à domicile dans une communion collective avec le guide spirituel Mercer, de ressentir les souffrance de celui-ci, et de trouver du réconfort grâce aux préceptes du Mercerisme
  • Des orgues d'humeurs qui leur permettent d'induire un état cérébral dès leur lever du matin, en choisissant un programme parmi différentes pré-sélections

Sans se l'avouer formellement, le chasseur de prime Rick Deckard pressent l'absurdité de vouloir gagner toujours plus d'argent pour s'offrir un animal naturel de plus haute rareté. La multinationale Rosen et ses nexus 6 – dont Rachel Rosen qui s'offre de l'aider à "réformer" les androïdes fugitifs – vont complexifier son trouble existentiel…

Avec un opportunisme commercial assumé, le film Blade runner expurge du roman tous les aspects critiques d'une société hyper-conformiste qui ressemble de plus en plus à notre société contemporaine, avec ses divertissements TV, ses streamings web et ses réseaux sociaux capteurs d'attention.

Inspiré par Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, William Gibson publia en 1984 son roman Neuromancien qui inaugura le mouvement artistique Cyberpunk. Ainsi, les boîtes à empathie imaginées en 1968 par Philip K. Dick anticipent les consoles Ono-Sendaï à électrodes (dermatrodes) décrites dans le roman Neuromancien. Ces consoles permettent d'entrer dans la matrice du Cyberspace (qui a inspiré la trilogie des films Matrix). Hors du cyberespace, elles permettent d'accéder en lecture à des simstims. Un simstim est la copie numérique d'un ensemble de sensations, appelé sensorium, qui sont éprouvées en direct ou en différé par une autre personne vivante ou morte. Enfin les consoles Ono-Sendaï permettent de faire fonctionner les constructs – clones virtuels de personnes vivantes ou mortes –. Le héros Case se fait aider par le construct de McCoy Pauley, alias "Dixie le Trait-plat", expert pirate informatique décédé.

Le roman Neuromancien n'a pas encore été adapté au cinéma.

1999 - Série "Total Recall 2070"

La série "Total Recall 2070" est adaptée de la nouvelle "Souvenirs à vendre" (We Can Remember it for You Wholesale) de Philip K. Dick.
Dans une société quasi exempte de crime et devenant plus que jamais dépendante de la science et de la technologie, David Hume, un enquêteur du Bureau de Protection du Citoyen et Ian Farve, son coéquipier, enquêtent sur des faits impliquant des androïdes et la société Rekall, spécialisée dans la réalité virtuelle et les implants mémoriels…
youtube.com > Total Recall 2070

2000 - "Total Recall" et 2012 - "Total Recall, Mémoires programmées" (remake)

Le film "Total Recall" et son remake "Total Recall : Mémoires programmées" sont adaptés de la nouvelle "Souvenirs à vendre (nouvelle)" (We Can Remember it for You Wholesale) de Philip K. Dick.
youtube.com > Total RecallTotal Recall, Mémoires programmées (remake)

2001 - A.I. Intelligence artificielle

Le film "A.I. Intelligence artificielle" est adapté de la nouvelle de Brian Aldiss "Les Supertoys durent tout l'été".

Synopsis par Wikipedia :

Dans un monde futuriste ravagé par le réchauffement de la planète, les êtres humains vivent en parfaite harmonie avec les "mécas", des robots androïdes spécialement créés pour répondre à leurs besoins : tâches ménagères, services et… amour ! Une famille, dont le fils est dans le coma, décide d'aller plus loin et d'adopter un enfant robot, David, programmé pour vouer un amour sans limites envers ses parents adoptifs. Entre temps, la science ramène à la vie leur enfant biologique, Martin.

Martin n'est pas des plus gentils avec David. La mère est davantage attachée à son fils qu'au robot mais à la suite de différents problèmes générés par ce dernier, elle prend une décision. Au lieu de le retourner à la casse, elle décide de l'abandonner dans une forêt en lui donnant comme consignes de ne pas s'approcher de la ville ni des humains. Et l'enfant lui demande pourquoi elle l'abandonne… En somme, elle lui fait comprendre qu'il n'est pas réel, qu’il n’est pas "un vrai petit garçon".

En compagnie d'un autre méca appelé Gigolo Joe, David se lance dans une quête spectaculaire pour devenir un vrai garçon à l'instar de Pinocchio afin d'être de nouveau adopté par sa famille d'accueil et aimé comme un fils par sa mère adoptive.
Bande annonce du film Mise en service de l'androïde garçon
Bande annonce de A.I. Intelligence artificielle Mise en service de l'androïde garçon

2004 - I, Robot

I, Robot (en français "Moi, robot") est un film librement inspiré des romans "Les Cavernes d'acier", "Les Robots" et de la nouvelle "Le Robot qui rêvait" d'Isaac Asimov. Ce film fait référence aux trois lois de la robotique qui ont été imaginées dès 1942 par Isaac Asimov afin de garantir la coexistence pacifique entre robots et humains. Début du résumé Wikipedia :

À Chicago, en 2035, les robots sont pleinement intégrés dans la vie quotidienne. Quelques jours avant la commercialisation d'un nouveau robot par US Robots (USR), un de ses fondateurs, le roboticien Alfred Lanning, se suicide. L'officier de police Del Spooner qui se méfie des robots ne croit pas au suicide. Il tient donc à découvrir le meurtrier. Il se rend au siège d'USR, et fait la connaissance de Lawrence Robertson, le directeur et co-fondateur de l'entreprise, puis de Susan Calvin, une robopsychologue de l'entreprise, et enfin de VIKI, l'ordinateur central d'USR. Les premiers soupçons de Del se tournent vers un robot nommé Sonny, le seul ayant matériellement pu tuer Alfred. Cependant, tous les robots sont soumis, lors de leur construction, à trois lois :
Première loi : un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
Deuxième loi : un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la première loi.
Troisième loi : un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n'est en contradiction ni avec la première ni avec la deuxième loi.

Bande annonce :
youtube.com > Bande annonce de I, Robot

2012 - Série "Real Humans" saison 1

Synopsis :
La première saison de "Real Humans : 100 % humain" (100% humains, Äkta Människor) raconte se déroule dans un futur très proche dans lequel les robots humanoïdes – appelés hubots – sont presqu'aussi répandus dans la vie quotidienne que les téléphones portables.
Les épisodes de cette première saison suivent simultanément l'évolution de plusieurs protagonistes :

  • La famille Engmann – classe moyenne – dont le quotidien bien réglé sera bouleversé par l'achat d'un hubot (Mimi) trafiqué à leur insu,
  • Le grand-père Lennart Engmann, très contrarié par son nouveau Hubot gériatrique Véra,
  • Un groupe de hubots émancipés (débridés) fugitifs et guidés par Niska et l'humain Léo,
  • Roger, un contremaître fâché de se retrouver seul humain de son usine à superviser des ouvriers hubots, et qui va être séduit par les idées conservatrices du groupe 100% Humains,
  • Thérèse, l'ex-amie de Roger, qui s'est mise en ménage avec Bo, son hubot coach sportif spécialement trafiqué,
  • La police spécialisée dans le trafic de hubots et Karl, un responsable des services secrets,
  • Silas, un hacker mercenaire trafiquants de hubots

Cette série suédoise pose des questions éthiques, politiques et apporte un éclairage en faveur du transhumanisme.

Bande annonce :
youtube.com > Bande annonce de Real Humans saison 1

2013 - Série "Real Humans" saison 2

Synopsis : dans la deuxième saison, le hubot émancipé (débridés) Flash qui a quitté le groupe des hubots fugitifs, décide de s'appeler Florentine et de mener la vie d'une jeune et jolie jeune femme (l'actrice a été élue Miss Suède en 2006). Flash et Mimi continuent leurs psychanalyses respectives et finissent par être reconnues comme des personnes à part entière. La famille Engmann doit accueillir un nouveau hubot : le clone cybernétique bridé du grand-père récemment décédé que celui-ci a offert à sa fille en héritage. La hubot émancipée Béatrice Novak essaie de libérer ses semblables du bridage Azimov…

Bande annonce :
youtube.com > Bande annonce de Real Humans saison 2

2013 - Série "Almost Human"

La série "Almost Human" est librement inspirée de la fiction "Total Recall".
Synopsis : en 2048, la police de Los Angeles emploie des androïdes de modèle MX-43. Ce modèle ressemble et surpasse les humains, mais il est totalement dépourvu d'émotion. En effet, certains androïdes policiers de modèles DRN précédemment utilisés ont présentés des troubles du comportements à la suite de traumatismes psychologiques. L'inconvénient des androïdes policiers MX-43 dépourvus d'émotion est qu'ils n'ont aucune intuition, et la réussite des enquêtes reposent essentiellement sur leur binôme humain.

John Kennex, est un inspecteur qui reprend du service après une mission qui a tourné au carnage et dans laquelle il a perdu sa jambe, désormais cybernétique. Comme il est peu sociable et plutôt hostile aux nouvelles technologies robotiques de la police qu'il considère à juste titre comme des espions de la hiérarchie, sa supérieure directe lui propose de faire équipe avec Dorian (Michael Ealy), un ancien modèle DRN qui était rangé au placard suite à un excès d'émotions.

Chaque épisode de la série évoque de nouvelles technologies qui paraissent extrêmement réalistes pour 2048, au vu de ce que nous connaissons actuellement.

Bande annonce :
youtube.com > Bande annonce de Almost Human

2013 - Her

Le film Her traite des relations entre un homme et un androïde virtuel intégré à l'ordinateur personnel de celui-ci. Les assistants personnels tels que l'assistant vocal Cortana de Windows 10 préfigurent les futures relations qui se noueront entre l'Homme et ses machines personnelles. Le film Her nous projette simplement de quelques années dans le futur.

Synopsis de Her par Wikipedia :

En 2025 à Los Angeles, Théodore travaille pour un site web comme écrivain public, rédigeant des lettres manuscrites de toutes sortes — familiales, amoureuses, etc. — pour d'autres. Son épouse Catherine et lui ont rompu depuis bientôt un an mais il ne se décide pas à signer les papiers du divorce. Dans un état de dépression qui perdure, il installe un nouveau système d'exploitation OS1, auquel il donne une voix féminine. Cette dernière, une intelligence artificielle conçue pour s'adapter et évoluer, se choisit le prénom Samantha.
Ils entament une relation amicale et peu à peu Théodore tombe amoureux de Samantha. Ils entretiennent alors une relation amoureuse, mais elle finit par partir.

Bande annonce :
youtube.com > Bande annonce du film Her

2014 - Autómata

Synopsis d'Autómata par Wikipedia :

En 2021, une éruption solaire de très grande ampleur met à bas les télécommunications humaines (IEM) et conduit à des explosions de centrales nucléaires partout dans le monde, irradiant durablement la Terre et la transformant en un immense désert aride.
En réaction, la société de robotique ROC construit le Pilgrim 7000, un robot humanoïde destiné en premier lieu à construire un mur en vue de protéger une cité constituant le dernier refuge d'une humanité réduite à vingt-et-un millions de personnes. Le fonctionnement de ce robot est basé sur l'intelligence d'ordinateur quantique logé dans sa tête, le biokernel, fondé sur deux protocoles-clés inaltérables :
- Nul robot ne peut nuire à quelque forme de vie que ce soit
- Nul robot ne peut se modifier lui-même ou modifier un autre robot

Après avoir aperçu un robot se réparant seul, un agent lui tire une balle dans la tête, rendant son biokernel apparemment illisible et inutilisable. Jacq Vaucan, agent d'assurance travaillant pour la ROC, est chargé d'enquêter sur l'origine de cette malfaçon, ce qui le conduit à découvrir une série d'anomalies et de comportements étranges de la part des automates.
Au cours de son enquête, il est amené à s'intéresser à un robot soudeur, qui s'immole par le feu devant ses propres yeux, brisant ainsi le second protocole. Ayant relaté ce fait, Jacq n'est pas cru par ses pairs, et poursuit néanmoins sa recherche d'un "Horloger", personne supposée capable d'un exploit technique tel que le contournement théoriquement impossible des protocoles…

Bande annonce : Bande annonce de Autómata

2015 - Ex Machina

Le film Ex Machina reprend le thème de l'humain amoureux d'un robot humanoïde ou "trans-humain sexuel" (THS), à l'instar des 4 personnages Thérèse, Pilar, Tobias Engman et Douglas Jarméus (saison 2) de la série "Real Humans".

Synopsis du film Ex Machina par movies.ch :

Le programmeur de 24 ans Caleb (Domhnall Gleeson) gagne, grâce à un concours organisé par la société pour laquelle il travaille, un séjour d'une semaine dans la maison que son PDG Nathan (Oscar Isaac) possède à la montagne. Durant ce séjour, il doit prendre part à une expérience : communiquer avec le tout premier spécimen d'intelligence artificielle du monde, un robot qui a l'apparence d'une très jolie fille (Alicia Vikander).
Une histoire captivante sur la grande question de la nature humaine.

Bande annonce :
youtube.com > Bande annonce de Ex Machina

2015 - Série "Humans" saison 1

"Humans" (en) est le remake anglo-américain de la série suédoise "Real Humans : 100 % humain" diffusé pendant l'été 2015 au Royaume-Uni aux USA et au Canada.
Synopsis :
L'histoire se déroule dans la banlieue de Londres dans un présent parallèle où le dernier gadget indispensable pour n'importe quelle famille ordinaire est un "synth" – un robot androïde étrangement semblable en tout point à un homme. Sans consulter sa femme, Joe Hawkins achète un très joli synth ressemblant à une jeune femme pour faire le ménage à la maison. Revenant du travail, sa femme Laura découvre le synth avec le sentiment d'être ignorée, d'autant que les enfants ont décidé d'appeler le robot Anita.
Dans un flashback, on découvre Anita parmi un groupe de synth qui se cache dans une forêt : deux membres du groupe – Léo et Max – sont enlevés et emmenés dans un fourgon à Londres.
Quelques synths semblent développer une conscience qui peut affecter d'autres humanoïdes pourtant programmés pour être des esclaves. Odi, un vieux synth appartenant à l'ingénieur à la retraite George Millican, dysfonctionne et renverse une femme. À l'arrière de la résidence des Hawkins, le synth Anita capture la jeune Sophie et la sort de la maison…

Références

Publications

Présentation de Confucius et les automates par l'éditeur :

La science va plus loin que ne l’avait imaginé la science-fiction.
L’homme a vraiment inventé des créatures qui sont en passe de s’affranchir de leur créateur : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, l’intelligence artificielle et l’intelligence humaine vont entrer en concurrence.
Des tâches de plus en plus sophistiquées vont être prises en charge par des robots : que restera-t-il de l’emploi industriel, si les usines sont automatisées et pilotées à distance ?
Dans le même temps, l’Internet deviendra un espace totalement privé, aux mains d’entreprises surpuissantes (transnationales, connaissant tout de nous grâce à une exploitation massive des données, dotées d’armées de robots à leur service exclusif) en mesure de concurrencer les Etats.
Dans cette nouvelle civilisation des machines, l’homme sera-t-il le maillon faible ?
Que faire de lui, s’il tend à devenir oisif (raréfaction du travail) et immortel (allongement de la durée de vie) ?
Le retour à la sagesse universelle constituera-t-il son ultime recours dans le monde futur ?

Podcasts radios

  • France Culture > La Conversation scientifique du 07/04/2018 : Qu’est-ce que les robots nous apprennent sur nous-mêmes ? (archive.fo)
    Entretien avec Laurence Devillers, spécialiste des interactions hommes-machines. Laurence Devillers est professeure d’informatique à l’université Paris-Sorbonne, chercheuse au Laboratoire d’informatique pour la mécanique et les sciences de l’ingénieur (Limsi) du CNRS, et autrice de "Des robots et des hommes" (éditions Quae, 2017)
  • France Culture > Plan large du 07/04/20418 : Une petite histoire des robots au cinéma (archive.fo)
  • France Culture > La Conversation Scientifique du 04/11/2017 : L'intelligence peut-elle devenir artificielle ? (archive.fo)
    Entretien avec Yann Le Cun, directeur du laboratoire d'intelligence artificielle du réseau social Facebook
  • France Culture > Matières À Penser Avec Serge Tisseron du 03/11/2017 : Le "droit des robots", réalité ou abus de langage ? (archive.fo)
    Serge Tisseron s'entretient avec Nathalie Nevejans, juriste, maître de conférences à l'Université d'Artois, spécialiste en droit et éthique de la robotique et des technologies émergentes
  • France Culture > Matières À Penser Avec Serge Tisseron du 06/10/2017 : S'attacher à son clone, est-ce normal docteur ? (Avec Marie Darieussecq pour son roman "Notre vie dans les forêts"
  • France Culture > La Méthode Scientifique du 15/06/2017 : Alan Turing : L'homme derrière la machine
    Qui était Alan Turing ? Qu'est ce que la machine de Turing ? Le jeu d'imitation ? Comment a t-il instauré la notion de calculabilité et du problème de la décision ? Comment a-t-il réussi à décrypter la machine enigma et permis la réussite des Alliés ? En quoi son destin est-il tragique ?
  • France Culture > La Méthode Scientifique du 14/06/2017 : Boston Dynamics : Les robots prennent le pouvoir
    Boston Dynamics a-t-elle révolutionné la fabrication des robots ? Les robots sont-ils vraiment notre futur ? La guerre de demain sera-t-elle robotisée ? Les robots peuvent-ils tout apprendre ou tout nous apprendre ? Vendredi dernier, Google se séparait de sa filiale robotique la plus célèbre, Boston Dynamics, pour la céder au Japonais Softbank qui se positionne, par cette acquisition dont le montant est resté confidentiel, comme l'un des futurs géants de la robotique et de l'intelligence artificielle. Boston Dynamics, c'est comme le confie un roboticien, la crème de la crème du développement robotique, 25 ans de création de robots principalement à usage militaire, en association avec le Département de l'Armement des Etats Unis. Mais malgré leur excellence technologique, quel avenir pour Boston Dynamics et surtout, quel avenir pour ses robots ?
  • France Culture > La Méthode Scientifique du 26/05/2017 : Cyborgs : Passez votre cerveau à la machine
    Qu'appelle-t-on cyborg ? A partir de quel seuil la technologie et de tolérance l'humain allié à la machine perd-il son identité ? A l'inverse, si l'IA finit par devenir performante, à partir de quand une hypothétique machine intelligente deviendrait-elle humain ?
  • France Culture > La Conversation Scientifique du 06/05/2017 : La chirurgie par temps de robots
  • France Culture > LSD, La Série Documentaire du 04/05/2017 : Mon jumeau, le robot 4/4 : Un robot qui me veut du bien
  • France Culture > LSD, La Série Documentaire du 03/05/2017 : Mon jumeau, le robot 3/4 : Il faut sauver le soldat robot
  • France Culture > LSD, La Série Documentaire du 02/05/2017 : Mon jumeau, le robot 2/4 : Travailler comme un robot
  • France Culture > LSD, La Série Documentaire du 01/05/2017 : Mon jumeau, le robot 1/4 : Robots-Hommes et Hommes-Robots
  • Radio France Internationale > Autour de la question du 29/03/2017 : Pourquoi et comment nos machines reconnaissent la parole ?
    Avec François Yvon, professeur à l'Université Paris Sud, au sein du Département d'Informatique et chercheur au Limsi/CNRS, dans le groupe Traitement du Langage Parlé, et Frédéric Béchet, professeur d'informatique à l'Université d'Aix-Marseille, et chercheur CNRS au Laboratoire d'Informatique Fondamentale de Marseille
  • France Culture > Les Discussions Du Soir Avec Antoine Garapon du 06/03/2017 : Démythifier l'intelligence artificielle et ses prédictions apocalyptiques
    Avec Jean-Gabriel Ganascia, professeur à l'université Pierre et Marie Curie, chercheur en intelligence artificielle, président du comité d'éthique du CNRS, et auteur de "Le mythe de la singularité. Faut-il craindre l'intelligence artificielle ?", Seuil, 2017
  • Radio France Internationale > Autour de la question du 06/03/2017 : Peut-on aimer les robots ?
    Les robots envahissent de plus en plus notre vie. Ils accomplissent déjà de nombreuses tâches, mais les scientifiques envisagent de les doter de valeurs morales et affectives. Les robots pourront bientôt déceler nos émotions, et y répondre de façon appropriée. Ils pourront aussi faire des choix éthiques. Et seront peut-être même bientôt dotés d'un sens de l'humour ! Ceci permettra d’améliorer la communication avec les robots, par exemple pour l'assistance aux personnes âgées. Mais, il faut aussi songer à se prémunir des dangers de l'informatique affective. Pourrait-on, comme dans les films de science-fiction, tomber amoureux des robots ? Entre risques réels et peurs irraisonnées, comment faire le tri ?
    Avec Laurence Devillers pour son ouvrage Des Robots et des hommes Mythes, fantasmes et réalité
  • Radio France Internationale > Autour de la question du 06/02/2017 : Faut-il craindre l'intelligence artificielle ?
    Faut-il craindre l'intelligence artificielle ? Nos machines vont-elles nous dépasser ? Comment ce mythe de la singularité avive nos peurs en masquant peut-être les vrais enjeux de l'intelligence artificielle ? Avec Jean-Gabriel Ganascia, professeur à l’Université Pierre-et-Marie-Curie, où il mène des recherches sur l’intelligence artificielle au Laboratoire informatique de Paris 6 (LIP6). Il est président du Comité national d’éthique du CNRS, et a publié divers ouvrages dont le précurseur, L’Âme machine, au Seuil en 1990. Son dernier ouvrage Le mythe de la singularité, faut-il craindre l'intelligence artificielle ? vient de paraître au Seuil. Une vidéo RFi de Jean-Gabriel Ganascia ici
  • Radio France Internationale > Autour de la question du 27/10/2016 : Comment les robots vont-ils vivre et travailler avec les humains ?
  • Radio France Internationale > Autour de la question du 07/10/2016 : Jusqu’où ira l’intelligence artificielle ?
    Un programme informatique peut-il s’échapper de la pièce close dans laquelle il est enfermé ?
    C’est le mystère que va tenter de résoudre Franck Logan, un policier de la Silicon Valley, dans Ada, le nouveau roman d’Antoine Bello.
    Ada doit son nom à Ada Lovelace, une des premières à avoir pensé la programmation, bien avant la machine de Turing et la naissance de l’informatique. Comment est née l’intelligence artificielle ? Quelle place a-t-elle dans nos vies ? Les machines ont-elles une autonomie ? Ont-elles accès aux émotions ? Peuvent-elles écrire des romans et des poèmes ? Faut-il craindre un monde dominé par les machines ? Quelles questions scientifiques, philosophiques et économiques faut-il se poser ?
    Avec Antoine Bello, romancier, auteur de Ada (Gallimard) et Nazim Fatès, chercheur en intelligence artificielle à Nancy
  • France Culture > Grande traversée : Frankenstein ! Bienvenue dans le monde des créatures artificielles du 12/08/2016 : Cyborgs et posthumains : l'homme et après...
  • France Culture > Grande traversée : Frankenstein ! Bienvenue dans le monde des créatures artificielles du 11/08/2016 : Automates et robots
  • France Culture > Grande traversée : Frankenstein ! Bienvenue dans le monde des créatures artificielles du 10/08/2016 : Le Golem
  • France Culture > Grande traversée : Frankenstein ! Bienvenue dans le monde des créatures artificielles du 09/08/2016 : Frankenstein s'est échappé
  • France Culture > Grande traversée : Frankenstein ! Bienvenue dans le monde des créatures artificielles du 08/08/2016 : Frankenstein : genèse d'un monstre
  • France Culture > La Conversation scientifique du 02/07/2016 : Un objet peut-il être une personne ?
    Avec Anne-Christine Taylor, anthropologue et directrice de recherche au CNRS
  • France Culture > Sur les docks du 17/02/2016 : Paro, et l'angoisse de la perte de mémoire
  • France Culture > Continent sciences du 01/02/2016 : L’Univers Androïde.
    Que deviendra la relation de l’homme à ses semblables lorsque nous serons entourés de robots humanoïdes ? Avec Serge Tisseron : psychanalyste et psychiatre, fondateur et président de l’Institut pour l’étude des relations homme-robot
  • France Culture > Du Grain à moudre du 18/12/2015 : Faut-il écrire la déclaration des droits (et des devoirs) des robots ?
    Peut-on torturer son robot, lui faire subir les pires préjudices, voire s’en vanter sur les réseaux sociaux et s’en tirer à bon compte ? Réponse logique : oui, puisqu’il ne s’agit que de machines, totalement insensibles. Mais les progrès de la robotique ne vont-ils pas nous obliger à reconsidérer cette approche ?
    Avec Serge Tisseron, Raja Chatila, Alain Bensoussan
  • France Culture > Sur les docks du 17/11/2015 : Drones : la France relève le défi.
    Match de foot qui dégénère à Belgrade, quand un engin volant auquel est accroché un drapeau vient attiser les haines nationalistes entre Serbes et Albanais, mystérieux survols des centrales nucléaires françaises en octobre 2014, actrices américaines surveillées jour et nuit par des paparazzi technophiles, atterrissage surprise aux pieds d'Angela Merkel lors d'un meeting à Dresde.
    Les drones sont devenus accessibles à toutes les bourses et grâce aux progrès fulgurants de l'électronique miniaturisée, n'importe qui peut les piloter. Toutes les informations permettant de construire les robots volants les plus évolués sont disponibles en open-source sur internet.
    Les drones vont se multiplier, c'est un fait. Il va donc falloir surveiller tous ces engins volants, mais comment s'y prendre ? Dans le même temps, ces robots volants vont eux aussi nous surveiller. Une question n'est plus du registre de la science-fiction : un policier peut-il être remplacé par une machine volante, armée et capable de prendre des décisions offensives de manière autonome ?
    Sur les Docks plonge aujourd'hui dans ce monde bourdonnant où se démènent amateurs passionnés, ingénieurs et chercheurs, ainsi que pas mal de militaires.
  • France Culture > Du Grain à moudre du 30/04/2015 : Les robots défileront-ils à notre place le 1er Mai ?
    S’ils ne peuvent pas encore animer un débat au-delà de son générique, les programmes informatiques savent déjà rédiger des brèves et même faire le compte-rendu d’un match. Ils ne sont pour l’instant que des voix mais l’intelligence artificielle alliée à la robotique en fera peut-être un jour de vrais journalistes. Nous les côtoierons en réunion ou à la machine à café… enfin si nous sommes encore là.
    On savait déjà les ouvriers menacés d’être remplacés par des robots… ils arrivent maintenant dans le secteur des services : la restauration, la surveillance, l’aide à la personne ou encore l’enseignement. Selon certaines études, ce sont 3 millions d’emplois qui pourraient disparaître en France d’ici une dizaine d’années. Le robot, voilà l’ennemi, diront peut-être un jour nos dirigeants…
    Mais pour l’heure la tendance est plutôt au développement de la robotique. Il faut dire que le secteur est aussi une promesse de richesses et de création de nouveaux emplois. Et quand bien même les robots nous remplaceraient, ne faut-il pas s’en réjouir ? Dans une société qui a fait du labeur sa valeur cardinale, sommes-nous capable d’imaginer un monde où l’on aurait plus besoin de commémorer la fête du Travail ?
  • France Culture > Science publique du 20/02/2015 : Les robots arrivent, comment allons-nous vivre ensemble ?
    Invités participant au débat : Roméo (robot humanoïde de la société française Aldebaran qui assiste Madame Sophie, 92 ans), Daniela Cerqui (anthropologue et enseignante à l'Université de Lausanne, spécialiste en anthropologie des techniques et plus précisément des rapports entre la société et des technologies telles que les technologies de l'information, la robotique, les nanotechnologies, les biotechnologies. Auteure de nombreux articles sur des thèmes liés à la machine qu'on humanise et à l'humain qu'on machinise), Jean-Paul Laumond (roboticien, directeur de recherche au Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes du CNRS à Toulouse), Gérard Dubey (sociologue, professseur à Telecom Ecole de Management, Institut Mines-Telecom).
    Regarder la vidéo de l'émission
  • France Culture > Continent sciences du 28/10/2013 : La parole et l'ordinateur. Avec Pierre-Yves Oudeyer – directeur de recherche de l'équipe Flowers à l'INRIA et à l'Ensta ParisTech – qui explique (à partir de 36'50") l'expérience réussie à la Fondation Cartier de création spontanée d'un langage commun par des robots
  • Radio France Internationale > Autour de la question du 09/09/2013 : Comment s'invente le langage ? (podcast sur Youtube). Avec Pierre-Yves Oudeyer – directeur de recherche de l'équipe Flowers à l'INRIA et à l'Ensta ParisTech – pour son livre "Aux sources de la parole, Auto-organisation et évolution"
  • France Culture > Place de la toile du 04/05/2013 : Philosophie critique du drone. Avec le philosophe Grégoire Chamayou pour son livre "Théorie du Drone" paru en 2013 aux Éditions La Fabrique

Podcasts vidéos

Presse

Sites web

2)
Tandis que les émotions sont ressentis par beaucoup d'animaux évolués, les sentiments au contraire, impliquent une conscience de soi, des autres, et l'établissement d'un lien entre soi et les autres (de même que l'esprit (spiritualité) implique une conscience de soi, du Monde, et l'établissement d'un lien entre soi et le Monde).
3)
2001, l'Odyssée de l'espace : voir la séquence vidéo où la machine – qui est déjà passé silencieusement à l'acte – déclare la guerre à l'Homme, et le combat de celui-ci pour la débrancher.
4)
Biomimétisme : d'après Wikipedia, le terme français biomimétisme est la démarche consistant à s'inspirer du vivant afin de créer des systèmes artificiels uniquement compatibles avec la biosphère, c'est-à-dire qui répondent aux exigences du "développement durable". Par exemple, la technique de mycoremédiation est biomimétique.
5)
Synopsis de R. U. R. (Rossum's Universal Robots) : La pièce se déroule dans l'avenir, dans l'usine de fabrication de robots R.U.R. Les robots de la pièce sont proches de ce qu'on appelle aujourd'hui des androïdes ou des clones : ce sont des machines biologiques à l'apparence humaine, à l'origine dénuées de sensibilité et de sentiments, et fabriquées dans une usine située dans une île. Afin de les rendre moins fragiles et plus polyvalents, l'ingénieur de R.U.R les dote d'une sensibilité limitée et d'une intelligence un peu plus développée. Au bout de dix ans, ils finissent par se révolter et anéantir l'humanité. À la fin de la pièce, après avoir perdu le secret de leur fabrication, deux d'entre eux découvrent l'amour et le dernier être humain leur remet la responsabilité du monde.
6)
Pour montrer qu'elle n'était pas en retard sur les autres pays, l'Iran a diffusé en 2010 quelques vidéos choisies de son androïde autonome Surena 2. De surcroît, elle annoncé en 2011 la capture (puis la copie) du drone furtif militaire ultra-secret "RQ-170 Sentinel" dont les États-Unis auraient demandé la restitution. Le développement phénoménal de l'intelligence artificielle et des performances des robots bipèdes autonomes susceptibles de remplacer des soldats dans un context de tension militaire internationnale expliquent peut-être pourquoi depuis quelques années, les vidéos de nouveaux androïdes civiles autonomes présentés à des salons robotiques sont devenues plus rares sur le web (le mot clé ici n'est pas "bipède" mais "autonome" : voir section Le problème des robots tueurs autonomes).
8)
Super Jaimie : on appréciera à sa juste valeur les sous-entendus qu'implique le fait d'avoir choisi pour Super Jaimie le métier de championne de Tennis tandis que son supposé alter-ego est colonel de l'aéronautique…
9)
Star Wars 1977 : un androïde sophistiqué affublé de compagnons pilotes de vaisseaux spatiaux, grotesquement habillés de vêtements de cow-boy texan ayant perdu son chapeau (Harrison Ford) ou avec un Judogi (Mark Hamill alias Luke Skywalker).
10)
Article "Un fil composite à rigidité variable". Hillary Sanctuary, 27/10/2016, actu.epfl.ch
savoir/videos_sur..._la_robotique.txt · Dernière modification: 05/01/2019 00:46 (modification externe)