Outils du site

Menu du site


savoir:lesclavage_numerique_un_nouvel_ideal_de_societe

L'esclavage numérique : Un nouvel idéal de société ?

Sculpture artistique en mémoire des esclaves numériques (Crédit: jaychoi2770 pour Pixabay sous licence libre Creative Commons CC0)

Préambule : "Confessions d'une soi-disant experte en IA" par Huyen Nguyen :

J'ai une confession à faire. Je me sens comme un imposteur. Chaque jour, je reçois un mail d'un ami, d'un ami d'ami, d'une entreprise quelconque, qui me demande ma vision sur l'intelligence artificielle […] Elles me demandent : "Pourriez-vous me mettre en relation avec des professionnels en IA ?" "Voulez-vous faire de l'IA avec nous ?" "Auriez-vous des conseils à nous donner sur nos produits IA ?"… Elles parlent de l'intelligence artificielle comme si c'était la fontaine de jouvence dans laquelle tout le monde voudrait se baigner. Et, si vous ne le faites pas, vous deviendrez vieux et ­finirez seul et abandonné. Ils pensent en quelque sorte que je sais comment atteindre cette fontaine. […] Peut-être qu'un jour les gens vont prendre conscience que beaucoup d'experts en IA ne sont que des imposteurs. Peut-être qu'un jour les étudiants comprendront qu'ils feraient mieux d'apprendre des choses qui comptent vraiment.

Huyen Nguyen (site officiel), diplômée en master d'informatique de l'université Stanford. Texte publié en tribune du Monde du 30/08/20171)

Petit préambule audio2) — les techno-critiques sont souvent des experts au discours nuancé —,
d'après François Jarrige, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne :

Bruno Patino : "La civilisation du poisson rouge : petit traité sur le marché de l’attention"

06/05/2019: rts.ch > Forum > Sommes-nous devenus des poissons rouges ? Interview de Bruno Patino :

Interview de Bruno Patino, directeur éditorial de la chaîne de télévision Arte France, directeur de l'école de journalisme de Sciences Po et auteur de "La civilisation du poisson rouge : petit traité sur le marché de l’attention" (Grasset)

Licence : Tous droits réservés RTS Radio Télévision Suisse
(Autorisation : article 4.2 "Téléchargement et podcasting des sons radio" des Conditions Générales)

10/04/2019: grasset.fr > "La civilisation du poisson rouge : petit traité sur le marché de l’attention" de Bruno Patino :

Le poisson rouge tourne dans son bocal. Il semble redécouvrir le monde à chaque tour. Les ingénieurs de Google ont réussi à calculer la durée maximale de son attention : 8 secondes. Ces mêmes ingénieurs ont évalué la durée d’attention de la génération des millenials, celle qui a grandi avec les écrans connectés [NDLR: il s'agit de la Génération Z] : 9 secondes. Nous sommes devenus des poissons rouges, enfermés dans le bocal de nos écrans, soumis au manège de nos alertes et de nos messages instantanés.

Une étude du Journal of Social and Clinical Psychology évalue à 30 minutes le temps maximum d’exposition aux réseaux sociaux et aux écrans d’Internet au-delà duquel apparaît une menace pour la santé mentale. D’après cette étude, mon cas est désespéré, tant ma pratique quotidienne est celle d’une dépendance aux signaux qui encombrent l’écran de mon téléphone. Nous sommes tous sur le chemin de l’addiction : enfants, jeunes, adultes.

[…]

La servitude numérique est le modèle qu’ont construit les nouveaux empires, sans l’avoir prévu, mais avec une détermination implacable. Au cœur du réacteur, nul déterminisme technologique, mais un projet qui traduit la mutation d’un nouveau capitalisme : l’économie de l'attention. Il s’agit d’augmenter la productivité du temps pour en extraire encore plus de valeur. Après avoir réduit l’espace, il s’agit d’étendre le temps tout en le comprimant, et de créer un instantané infini. L’accélération générale a remplacé l’habitude par l’attention, et la satisfaction par l’addiction. Et les algorithmes sont aujourd’hui les machines-outils de cette économie…

Cette économie de l’attention détruit, peu à peu, nos repères. Notre rapport aux médias, à l’espace public, au savoir, à la vérité, à l’information, rien n’échappe à l’économie de l’attention qui préfère les réflexes à la réflexion et les passions à la raison. Les lumières philosophiques s’éteignent au profit des signaux numériques. Le marché de l’attention, c’est la société de la fatigue.

Les regrets, toutefois, ne servent à rien. Le temps du combat est arrivé, non pas pour rejeter la civilisation numérique, mais pour en transformer la nature économique et en faire un projet qui abandonne le cauchemar transhumaniste pour retrouver l’idéal humain…

Bruno Patino, 4e de couverture du livre "La civilisation du poisson rouge : petit traité sur le marché de l’attention".

Bruno Patino dans les médias

Alain Connes : "Ne vendons pas notre âme à l’intelligence artificielle"

Alain Connes est un éminent mathématicien (Médaille Fields, Prix Crafoord, Médaille d'or du CNRS), membre de l'Académie des sciences, professeur au Collège de France, à l'I.H.E.S. et à l'Université OSU, Columbus aux États-Unis, et par ailleurs romancier (Le Spectre d'Atacama, Le Théâtre quantique). Comme Éric Sadin ci-dessous dans la page, il critique l'inféodation des techno-prophètes de l’intelligence artificielle à l'idéologie d'asservissement au business numérique.

Dans une interview du 08/05/2018 à France Info dont les conditions générales ne permettent pas de publier un extrait du contenu audio, Alain Connes déclare :

Vers quoi va-t-on avec l’intelligence artificielle ? On va vers l’enrégimentement des gens. Et c’est pas par hasard si l’un des organismes à l’origine de percées dans l’intelligence artificielle, notamment en matière de voiture autonome, c’est Darpa. Et le D de Darpa, c’est défense. C’est donc un organisme qui veut développer des procédés à des buts militaires. Mon avis est totalement nuancé sur cette espèce d’engouement dans lequel les gens se plongent sans réfléchir.
[…]
L'IA va changer les relations entre les hommes dans le sens où elle va les uniformiser.
L’individualité en grande partie commence à disparaître. Cette liberté individuelle qui était quelque chose de fondamental est en train de se dissoudre comme neige au soleil. Ce qui me frappe le plus c’est qu'Évariste Galois était capable de comprendre sans avoir à faire les calculs.
De mon point de vue on est en train de troquer le "comprendre sans avoir à faire" pour le "faire sans comprendre". Or l’essence de l’homme c’est de comprendre et ça c’est complètement hors de portée de l'intelligence artificielle.

Alain Connes dans les médias

Réquisitoire d'Éric Sadin contre l'esclavage numérique et ses donneurs d'ordre

Depuis des années, le philosophe critique et lanceur d'alerte Éric Sadin dénonce le mésusage numérique dicté par le business industriel informatique.

En novembre 2018, l'association ThinkerView a publié une grande interview vidéo du philosophe. N'étant pas interrompu ou dévié de manière intempestive – comme c'est l'usage sur les autres médias –, Éric Sadin y déploie pleinement sa pensée. Il s'applique à faire prendre conscience qu'une forme de dictature numérique est à l’œuvre, et que par exemple, la numérisation sociétale en Chine suit une trajectoire qui est la même partout dans le monde. Cette page web propose un petit extrait audio et cette grande interview exceptionnelle.

Éric Sadin interviewé sur RTS (extrait)

Dans cet extrait d'interview de 2015, Éric Sadin dénonce le choix de société numérique au service du business :

Titre : Tous des esclaves volontaires du techno-pouvoir (extrait)
Date : 30/09/2015 – Durée : 5'08" – Réalisation : RTS pour l'émission Babylone animée par Miruna Coca Cozma et Nancy Ypsilantis
Licence : Tous droits réservés RTS Radio Télévision Suisse (Autorisation : article 4.2 "Téléchargement et podcasting des sons radio" des Conditions Générales)
Source du fichier audio : ekouter.net > Tous des esclaves volontaires du techno-pouvoir. Avec François Jarrige et Eric Sadin sur la RTS
Page officielle de l'émission : 30/11/2015: pages.rts.ch > Tous des esclaves volontaires du techno-pouvoir

Grande interview d'Éric Sadin par Thinkerview

Dans cette interview exceptionnelle menée par l'association ThinkerView, Éric Sadin dénonce la propagande mensongère du marketing politico-économique, et les impostures diffusées par les techno-prophètes, tous inféodés aux lobbies numériques.

Interview ThinkerView : Éric Sadin : l'asservissement par l'Intelligence Artificielle ? [EN DIRECT]

Titre : Interview : Éric Sadin : l'asservissement par l'Intelligence Artificielle ? [EN DIRECT]
Date : 08/11/2018 – Durée : 2h18' – Réalisation : Association ThinkerView – (lien vers le site)
Licence : Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International
Lien de téléchargement officiel audio mp3
Lien de téléchargement vidéo officiel sur Framatube
Une fois téléchargée, cette vidéo de 2h18 se regarde très bien dans VLC media player à la vitesse x1,5.

Note : Éric Sadin utilise le terme "Intelligence artificielle" dans son sens large de techniques de manipulation de la datamasse (big data) et des comportement humains y afférent. Ces techniques incluent notamment l'apprentissage supervisé – technique d'intelligence artificielle faible qui est actuellement la plus développée et la plus exploitée – (l'intelligence artificielle forte n'existe pas en l'état actuel des connaissances et techniques).

Publications d'Éric Sadin

Site officiel d'Éric Sadin : ericsadin.org

Le dernier livre d'Éric Sadin est "L’Intelligence artificielle ou l’enjeu du siècle. Anatomie d’un antihumanisme radical" (site officiel), paru en 2018 aux éditions de l'Échappée (format A5 14x20,5 cm ; 304 pages ; 18 euros ; taille des caractères : 10 ou 10,5 pts ; non disponible en livre numérique).

Quatrième de couverture :

C’est l’obsession de l’époque. Entreprises, politiques, chercheurs… ne jurent que par elle, car elle laisse entrevoir des perspectives économiques illimitées ainsi que l’émergence d’un monde partout sécurisé, optimisé et fluidifié. L’objet de cet enivrement, c’est l’intelligence artificielle.
Elle génère pléthore de discours qui occultent sa principale fonction : énoncer la vérité. Elle se dresse comme une puissance habilitée à expertiser le réel de façon plus fiable que nous-mêmes. L’intelligence artificielle est appelée, du haut de son autorité, à imposer sa loi, orientant la conduite des affaires humaines. Désormais, une technologie revêt un « pouvoir injonctif » entraînant l’éradication progressive des principes juridico-politiques qui nous fondent, soit le libre exercice de notre faculté de jugement et d’action.
Chaque énonciation de la vérité vise à générer quantité d’actions tout au long de notre quotidien, faisant émerger une « main invisible automatisée », où le moindre phénomène du réel se trouve analysé en vue d’être monétisé ou orienté à des fins utilitaristes. Il s’avère impératif de s’opposer à cette offensive antihumaniste et de faire valoir, contre une rationalité normative promettant la perfection supposée en toute chose, des formes de rationalité fondées sur la pluralité des êtres et l’incertitude inhérente à la vie. Tel est l’enjeu politique majeur de notre temps.
Ce livre procède à une anatomie au scalpel de l’intelligence artificielle, de son histoire, de ses caractéristiques, de ses domaines d’application, des intérêts en jeu, et constitue un appel à privilégier des modes d’existence fondés sur de tout autres aspirations.

Sommaire du livre "L’Intelligence artificielle ou l’enjeu du siècle. Anatomie d’un antihumanisme radical" :
Introduction – Le surmoi du XXIe siècle

  1. Le tournant injonctif de la technique
    1. Une brève histoire de l'informatique [d'un surcroît de maîtrise à l'assistanat automatisé de l'action humaine]
    2. Le devenir anthropomorphique
    3. Le machine learning : vers des technologies de la perfection
    4. Des interfaces ergonomiques aux dispositifs relationnels
  2. Le pouvoir d'énoncer la vérité
    1. L'émergence d'un nouveau régime de vérité
    2. Le stade incitatif de la vérité : au plus près des corps et des esprits
    3. Le stade impératif de la vérité : des dispositifs à éradiquer le doute
    4. Le stade prescriptif de la vérité : hippocrate mis sous le joug du privé
    5. Le stade coercitif de la vérité : une puissance de sidération
  3. La main invisible automatisée
    1. Un léviathan algorithmique
    2. L'humain mis au ban
    3. Le règne du comparatif
    4. Bitcoin et blockchain : le stade ultime de la société du contrat
  4. Le paradis artificiel
    1. La nécessité fait loi ou la liquidation du politique
    2. L'administration automatisée des conduites
    3. Théorie de la voiture autonome
    4. L'avènement d'un pouvoir-kairos
    5. Le séquençage et la disparition du réel
  5. Manifeste de l'action au temps de l'exponentiel
    1. Faillite de notre conscience
    2. Pour un conflit de rationalités
    3. Maintenant, il faut des armes
    4. Le chant des divergences

Épilogue — Moi, un poulpe sceptique

Ses précédents ouvrages sont :

Les éditions L'échappée ne publient aucun livre numérique et militent pour la fréquentation des librairies physiques.

Éric Sadin dans les médias

1)
30/08/2017: lemonde.fr > Confessions d'une soi-disant experte en IA (texte intégral français ici ou ; texte original en anglais).
2)
Titre : Tous des esclaves volontaires du techno-pouvoir (extrait)
Date : 30/09/2015 – Durée : 2'07" – Réalisation : RTS pour l'émission Babylone animée par Miruna Coca Cozma et Nancy Ypsilantis
Licence : Tous droits réservés RTS Radio Télévision Suisse (Autorisation : article 4.2 "Téléchargement et podcasting des sons radio" des Conditions Générales)
Source du fichier audio : ekouter.net > Tous des esclaves volontaires du techno-pouvoir. Avec François Jarrige et Eric Sadin sur la RTS
Page officielle de l'émission : 30/11/2015: pages.rts.ch > Tous des esclaves volontaires du techno-pouvoir

Commentaires

Entrer votre commentaire:
Si vous ne pouvez pas lire le code, téléchargez ce fichier .wav pour l'écouter.
 
savoir/lesclavage_numerique_un_nouvel_ideal_de_societe.txt · Dernière modification: 08/05/2019 03:20 par Médéric